wattie

vivre ou survivre?

Dimanche 18 décembre 2016 à 12:38

Les politiques s'engagent dans la course présidentielle, ils parlent, pour la plupart d'identité,de terrorisme, d'immigration et bien sûre de la dette, mais combien d'écologie? pas grand monde. sans parler de ceux qui, d'un revers de menton, nient les problèmes environnementaux. pourtant d'ici moins de 100ans bons nombres de ressources premières vont disparaître. mais en politique on parle malheureusement plus souvent des conséquences que des causes. car l'immigration généralement est dû aux guerres, à la misère en générale et les guerres sont généralement dû à des problèmes économiques, de quêtes de territoires d'intérêt géostratégiques par leur position géographique qui soit, favorise le transport des marchandises et des matières premières soit parcequ'ils  renferment  des matières premières. or, plus ces matières se feront rares plus les tensions internationales se tendront et plus les guerres éclateront si aucun accord  de partage ne se réalise. Partage voilà un gros mot essentiel bien plus capital que l'identité la dette ou l'immigration qui sont d'ailleurs liés. moins il y a de partage plus il y a d'inégalités, de tensions et au final de guerres et d'immigration.  quant à la pollution et tout ces dérèglements environnementaux n'en parlons pas, nous voyons déjà se réaliser les premières vagues de réfugiés climatiques et ce n'est qu'un début. mais voilà, il est bien plus difficile de mettre de côté sa soit disant souveraineté, sa soit disant identité et sa fortune (individuelle ou nationale) pour se lancer dans la résolution pacifique de ces problèmes que de cibler un adversaire comme l'immigré qui est plus une victime de notre système économique et sa méthode d'enrichissement individualiste ou nationale. comme à son habitude le politique plus motivé par son élection au pouvoir que par sa volonté de franchise lance ses discours de diversions et les masses suivent car il est toujours plus facile de dénoncer l'autre que de se remettre en question. et la remise en question de toute cette économie traditionnelle ne se changera pas en un jour mais l'immigration et les guerres (ou terrorisme qui en est une variante) sont elles évitable dans un tel système?

Réserves prouvées de minerais rapportées à la production en 2015, en nombre d'années de production:   pétrole = 52ans ; gaz naturel = 54ans ; charbon = 110ans ; uranium = 129ans


Mercredi 3 août 2016 à 20:32

Ancien de la DST (17 ans de maison), jean françois gayraud dans un entretien publié dans la revue élément n°161 :
la première guerre financière contemporaine a été menée par l'état fédéral américain contre ses alliés japonais et européens, lorsque le président nixon a mis fin unilatéralement en 1971 à la convertibilité du dollar en or.cette décision stratégique prise pour faire face aux déficits commerciaux et budgétaires américains a profondément transformé le système financier international tel qu'il avait été créé à la sortie de la seconde guerre mondiale par les accords dits de bretton woods. afin de financer un système américain toujours plus avide de liquidités, washington a fait de wall street la première place financière mondiale. les politiques de dérégulation amorcées dans les années 80 ont ensuite donné naissance à des mastodontes financiers qui ont peu à peu conquis leur autonomie face au pouvoir politique. depuis la mise en oeuvre de dérégulation, d'abord aux états unis, puis en europe, la finance n'est elle pas devenue un phénomène de pouvoir, avec de véritables puissances, poursuivant des objectifs propres? la dérégulation des années reagan et clinton a sorti le génie de la lampe: la haute finance s'est émancipée au détriment des états et des peuples.
...
quand le coût du travail est réduit à sa plus simple expression, il n'est pas difficile de s'enrichir, d'être "compétitif". le commerce est souvent une forme de guerre détournée, voire clairement affichée. ... le commerce ne pacifie pas mécaniquement les rapports sociaux et internationaux s'il ne s’inscrit pas dans un jeu de règles équilibrées et respectées. les économistes parlent alors de "régulation". les moralistes, un gros mot pour les libéraux, évoqueraient simplement la justice..."

Lundi 16 novembre 2015 à 8:16

Lundi 16 novembre 2015 à 8:11

on pourra mettre autant de "sécurité" que l'on voudra on ne pourra pas empêcher le fanatisme de se propager tant que ce système économique continuera sa propre barbarie à travers le monde. on peut pleurer et vouloir se venger de ses morts, c'est humain mais on peut aussi dénoncer ceux ou ce qui exploitent la misère du monde comme ces multinationales qui font produire par des sous traitants dans des conditions inadmissibles moralement mais également suicidaires (puisque ce qui pollue un coin du globe finit par nous retomber dessus et qu'une population affamée finira un jour par suivre celui qui leur promet vengeance). et que dire de nos élus à l'assemblée qui ont rejeté un projet de loi qui devait rendre responsable nos grosses entreprises de leurs sous traitants pour éviter, par exemple, l’effondrement de nouvelles usines par faute de non respect de norme de sécurité et d'hygiène, comme ce fut le cas dans une usine de textile au bangladesh? nos marchandises fabriquées pour des salaires d'un euros par jour qui ne suffisent même pas à vivre autrement que dans des bidonvilles pour que nous puissions consommer plus que de raison et, pire encore, pour que nos chômeurs, souvent eux mêmes victimes de telles externalisation, puissent continuer de consommer. comment croire qu'un tel système ne puisse pas nous éclabousser de barbarie? et pendant ce temps on reparlera de "sécurité" et les grands éviteront de prendre de réelles décisions pour éradiquer les trop grandes inégalités de par le monde. ce monde découpé de frontières obtenues au fil de guerres par des puissants ou vainqueurs d'une époque; ces guerres faites au nom de religions, au nom de patries mais qui, toutes, ne sont décidées que pour des conquêtes de richesses des sols, comme encore aujourd'hui la chine revendique Taïwan au nom de l'histoire alors qu'ils ne pensent qu'au pétrole des fonds marin. retranchons nous dans nos frontières et le mal enfantera toujours. sans compter que, le climat s'y ajoutant, des populations entières n'auront d'autre choix que de migrer, alors qu'ils seront victimes de pollutions datant d'il y a seulement plus de 50ans et dont des principaux pollueurs de cette période, aujourd’hui, ne voudront pas entendre parler d'eux. les frontières c'est la bonne affaire pour ne rien voir de ce qui dérange ou pourrait culpabiliser. mais la planète il n'y en a qu'une qui nous accueille actuellement et nous sommes tous condamnés à y vivre ensemble. alors on fait quoi? on euthanasie ceux qui n'y ont plus leur place, les indésirables ou on partage? là on ne fait ni l'un ni l'autre, on fait juste mine que les miséreux peuvent survivre là où ils sont, même si certains ont déjà les pieds dans l'eau, respirent déjà un air nocif, voient leur environnement se désertifier... on peut toujours dire que celui qui nous attaque est un barbare comme l'allemand en 14 mais la misère ne tombe pas toujours du ciel et l'individu miséreux n'y ait pas toujours pour quelque chose, il est simplement parfois et trop souvent mal né. et puis quoi ben laden n'était il pas bon ami de la famille bush? ces gens là manipulent des masses pour quelles s'égorgent entre elles. mais une fois au pouvoir leur population vit toujours les mêmes inégalités. pourquoi ces attentats ne tombent jamais dans des points stratégiques? pourquoi encore hier il n'y a pas eut d'attaque à l'assemblée, l’Élysée, la bourse de paris ou un autre de ce type? non c'est toujours le citoyen lambda que l'on prend en otage, comme un simple moyen de négoce. la première arme pour éviter le terrorisme c'est l'école, le développement intellectuel de la population. mais quand des enfants travaillent pour aider leur famille à gagner de quoi manger on ne peut atteindre ce but. or ces conditions de vie nos grosses entreprises y contribuent et nos élites s'en rendent complice quand ils refusent de voter une loi qui tente de les responsabiliser. commençons par réclamer de la justice sociale ça pourrait déjà aussi couper l'herbe sous le pied de ces manipulateurs qui rendent des gens fanatique. si un pays en respecte humainement un autre, les habitants de cet autre n'auront aucune raison de suivre un extrémiste et ni aller dans cet autre pays pour s'y faire sauter ou pour y tuer. mais les ventres vides font perdre toute raison, et certains paumés, même le ventre plein s'y associent pour se trouver un but. et puis quand on cesse d’exploiter un sous traitant en lui demandant des prix toujours plus bas cet exploitant peux commencer à produire en polluant moins car il aura de quoi puiser dans ses bénéfices pour investir dans des moyens de production plus propre. mais notre système libérale pousse à cet logique du toujours moins cher pour toujours plus de profit. et ce profit n’étant pas partager à sa juste hauteur il se concentre de façon expansives et de plus en plus de gens on de moins en moins à se partager et cela autant à l’échelle nationale qu’à l’échelle mondiale. le problème ne se résoudra donc pas autrement qu’à l’échelle mondiale mais tant que les possédants ne voudront rien lâcher les tensions ne pourront que s’étendre et les conflits armés seront toujours plus menaçants et s’ils éclatent alors l’humanité aura encore perdu du temps et gaspillé des vies.

Jeudi 28 mai 2015 à 20:30



on ne se méfiera jamais assez des fortunés. kennedy, cette dynastie enrichie grâce au trafique d'alcool et association avec la mafia. cuba, la baie des cochons lutte contre le communisme? volonté de recoloniser l'île par les multinationales américaines et ses associés mafieux viré par castro oui(aujourd'hui le blocus va se lever et les frontières se lever, pour quel présage? des hôtels? retour des casinos?). comment ces américains ont ils pu accepter de voir le frère de leur président devenir ministre de la justice et le père (qui en bon patriarche tirait les ficelles) vice président? au fait, nom de leur parti: "démocrates" ; aussi ridicule et démago que leurs opposants: "républicains" (tiens, la france, une fois de plus, va reproduire la merde made in usa, toujours avec un train de retard. on dit que l'histoire enseigne...). les étiquettes ne sont que des leurres comme tout discours ou politique puritaine; kennedy catholique, on ne compte pas ses amantes ou filles de jeux sexuels (Maryline? faut arrêter le feuilleton, une fille menaçant de trop parler qu'on assassine point barre. virez moi ces sourires aux dents blanches bien alignées). usa puritaine mais reine des casinos et autres bordels tout comme la prohibition a enrichie cette dynastie kennedy tout comme la dynastie bush avec les rois du pétrole et autres anciens amis désignés aujourd'hui comme force du mal. les prisons politiques ne me choquent pas plus que l'empoisonnement ou l'expropriation des pauvres; surtout quand ses prisonniers sont des partisans de cette politique libérale de gangster qui dévore tout sur son passage dans le seul but du profit individuel. si l'on est choqué par ces prisons on doit l'être aussi pour l'empoisonnement ou l'expropriation. or, on fait des guerres à ces prisons mais pas contre ces empoisonnements qui sont pourtant bien plus dévastateurs (autant sur le nombre d'individus touchés que sur le temps. car il y a des empoisonnements qui durent des siècles dont on ne peut plus rien faire contre si ce n'est les dissimuler). l'économie dans notre monde est une guerre sans nom et un guerre sale puisqu'elle pollue (si tant est quil existe une guerre "moderne" propre). la démocratie est un régime faussé par la corruption alimentée par l'éducation de l'appât du gain que l'on nomme hypocritement "l'ambition". la guerre froide c'était quoi sinon un partage du monde entre deux blocs? une cellule de la cia (zl rifle crée en 61)= éliminer tout président dérangeant de ce tiers monde que l'on ne veut pas voir émerger (congo,sud vietnam,république dominicaine,cuba...). parlez moi d'immigration... ce ne sont pas les immigrés qu'ils faut balancer par dessus bord mais ce système des nations qui ne sont que des cellules d'humains que l'on dresse les uns contre les autres ou le plus fort dicte sa loi comme à l'âge de pierre. l'europe elle même en crève de cet égocentrisme national. on devrait enseigner l'astronomie dès la primaire pour nous apprendre à voir plus grand (je plaisante, quoique), plus constructif et cesser de perdre du temps. on nous dit que la compétition favorise le progrès comme hier le monde de l'entreprise prétendait que le stress nous rendait plus productif. mais il faudrait déjà que les populations cessent de s'agiter devant les chiffons qu'on agite pour elles, qu'elles cessent de chercher sur qui elles pourraient bien se défouler pour oublier leurs frustrations ou autres jalousies. il n'est pas obligé de faire violence, il suffit déjà de commencer par ne pas obéir ou de ne pas suivre les aboiements.

Vendredi 20 mars 2015 à 8:42

l'état d'esprit des opposants à l'impôt dans ce propos tenu par Marc Bonnant ancien bâtonnier de Genève, correspondant en France de grands cabinets d'avocats d'affaires parisiens comme celui de maitre jean marie darrois, grand mai de sarkozy, conseil de fabius ou du milliardaire françois pinault et avocat de grands groupes comme EADS:

"l'impôt c'est le vol [...] le secret bancaire participe à la protection de la sphère privée. l'Etat est toujours un intrus [...] nous n'aimons ni les assistés, ni les parasites. NI les fonctionnaires. à nos yeux, l'égalité est une violence faite à la liberté. elle n'est que la revendication des vaincus, si elle n'est la revanche des faibles. elle ne saurait être inscrite au frontispice de monuments publics. le principe d'égalité est pervers, qui légitime l'arrogance des cendreux et autres grisaille. l'inégalité est féconde. elle ensemence l'espoir et met en oeuvre la volonté". maitre bonnant n'est pas le seul à penser ainsi. des Etats entiers, que l'on nomme paradis fiscaux, défendent le même raisonnement [...] : nation par nation, la richesse du monde échappe à son peuple.

en france ou en europe il n'est pas une journée où le récit politique ne comporte les mots "crise", "austérité", "rigueur", "dette"... l'argent pourtant, est là - et bien là. seulement voilà, le peu de cas qui est fait de la lutte contre la fraude fiscale, comme s'il s'agissait d'une véritable guerre à mener, au delà des discours incantatoire, a assis l'idée au fil des ans qu'il s'agissait d'un problème se situant à la marge de l'économie mondiale. les statistiques disponibles, probablement en dessous de la réalité, sont là pour témoigner du contraire."

"En 2010, un an après que sarkozy a annoncé la fin des paradis fiscaux durant le G20, le FMI, qui n'est pas réputé pour être une organisation révolutionnaire, a évalué que le bilan cumulé des seuls petits paradis fiscaux insulaires s'élevait à 18 000 milliards de dollars. soit, le tiers du PIB mondial ... en 2012, le tax justice network, une ONG de référence dans ce type de problématiques, a placé dans une fourchette de 21 000 à 32 000 milliards de dollars le montant des avoirs dissimulés dans les paradis fiscaux. selon les données disponibles, la moitié de cette fortune offshore serait détenue par 91000 personnes, c'est à dire 0.001% de la population mondiale, et l'autre moitié par 8.4 millions d'individus, soit 0.14% de la population. en france, une commission d'enquête du sénat a estimé, toujours en 2012 que la fraude et l'évasion fiscales représentaient un manque à gagner pour les finances publiques pouvant atteindre chaque année 80 milliards d'euros. plusieurs sénateurs, membres de ladite commission, n'hésitent pas à dire aujourd'hui que ce chiffre a pu être sous évalué.

le paradis fiscal n'est pas seulement le lieu qui permet l'évitement de l'impôt. c'est aussi la boîte noire de la corruption[...]

le 29 mai 1937, après la réélection de franklin delano roosvelt à la tête des USA, son ministre des finances, livra au président une note du trésor sur la fraude et l'évasion fiscale: "année après année, l'enquête sur les rentrées de l'impôt sur le revenu révèle le combat toujours plus acharné des individus fortunés et des entreprises pour ne pas payer leur juste part des dépenses de leur gouvernement.

"les impôts sont le prix à payer pour une société civilisée; mais trop de citoyens veulent la civilisation au rabais."

extrait tiré de la postface du livre
http://livre.fnac.com/a7589434/Fabrice-Arfi-Le-sens-des-affaires

Mercredi 15 octobre 2014 à 20:10

"la mondialisation de l'injustice sociale:
le refrain est connu: l'inexorable croissance des pays émergents serait une incroyable force de réduction des inégalités mondiales. ce que l'on dit moins, c'est que la montée des inégalités nationales, elle, n'a jamais été aussi criante et alarmante que depuis 3 décennies.

[...] en france, par exemple, si lke revenu national annuel par personne est en moyenne de 26000 E, les 10% des français les plus riches reçoivent 23% du revenu total national. selon l'économiste françois bourguignon, leur niveau de vie est plus de 6 fois supérieur à celui des 10% des français les plus précarisés. réparti sur l'ensemble de la population, cela donne une inégalité de revenus allant d'une moyenne de 40 000E par an et par personne à moins de 6000E.
[...]ces disproportions, qu'elles aient cours dans un Etat récemment sorti de la dictature ou au sein d'une vieille démocratie, sonnent conjointement la fin de ce "sentier de croissance équilibré", théorisé par les économistes robert solow et simon kuznets, et annoncent clairement celui de la mondialisation des inégalités. "amorcé dans les années 1980, son accroissement est devenu, au cours des années 2000, un fait reconnu et incontesté", affirme le chercheur en sciences sociales luc boltanski. ainsi, les 600 millions les plus pauvres au monde ne disposeraient en moyenne que de 300E par personne et par an, quand les 600 millions les plus riches bénéficieraient de 27000E "l'inégalité mondiale reste donc considérable, relève encore françois bourguignon, ancien économiste en chef de la banque mondiale. les 20% les plus riches bénéficient de conditions de vie encore 40 fois supérieures à celles des 20% les plus pauvres.
ce creusement des inégalités touche tous les pays et porte un coup au modèle néolibéral. basé sur des promesses d'inclusion [...]
le retour à une société de rentiers:
A cette inégale répartition des richesses nationales s'ajoute un taux de rendement du capital qui dépasse durablement, aujourd'hui, le taux de croissance de la production et du revenu. "c'était déjà le cas jusqu'au XIXè siècle, rappelle thomas piketty, et cela risque fort de redevenir la norme au XXIè siècle." par ce dérèglement , "le capitalisme produit mécaniquement des inégalités insoutenables et arbitraires". surtout, poursuit l'économiste français, il porte en lui les germes du retour à une société des rentiers". et la boucle est bouclée.
[...] avec la mondialisation la concurrence fiscale fait rage: partout le taux des tranches supérieures d'impôts diminiue, dans l'espoir d'attirer les capitaux et les entreprises les plus dynamiques. ce qui entraine un affaiblissement de l'Etat social. et les patrimoines, désormais, rapportent davantage après impôts (et paradis fiscaux)[...] tout cela alimente fortement la dynamique inégalitaire : en une vingtaine d'années, les fortunes de liliane béttencourt (qui n'a jamais travaillée) et de bill gates (retraité) ont été multipliées par plus de 10. pour l'économiste piketty, la suite ne fait aucun doute: "les ingrédients sont réunis pour que la part détenue par le centième et le millième supérieurs de la hiérarchie mondiale des patrimoines dans le capital de la planète atteigne des niveaux inconnus" bref c'est un retour à la belle époque qui se profile, voir pire: la fin de l'ascenseur social, le retour d'une société de classes, le triomphe des rentiers et de l'héritage.

comment empêcher ce scénario? comment contenir la progression sans limites des inégalités patrimoniales mondiales, qui s'accroissent actuellement à un rythme qui n'est pas soutenable à long terme, ce dont même les plus fervents défenseurs du marché autogéré feraient bien de se soucier? par l'impôt progressif. sur le revenu d'abord, pour réduire l'incitation aux rémunérations indécentes: l'auteur suggère que le taux de la dernière tranche puisse atteindre 80%, un seuil qui a été dépassé dans la plupart des pays riches à certains moments de leur histoire récente, pour "lever les recttes fiscales plutôt que mettre fin à ce type de revenus ou patrimoines, jugés socialement excessifs et économiquement stériles par le législateur. sur le patrimoine ensuite de manière à réduire sensiblement le rendement du capital dès lors que son accumulation entre les mêmes mains devient source de déséquilibre sociaux. mais dans ce dernier cas la mobilité du capital est telle que la mesure doit être mondiale ou au minimum régionale. utopique bien sûr. mais rien n'empêche de s'en rapprocher pour que in fine la démocratie l'emporte sur la ploutocratie en voie de constitution. [...]"

vers le retour de la belle époque?
[...] en 1981 un salarié travaillait 2 semaines au profit des actionnaires, et plus de 6 semaines aujourd'hui. et ces revenus en raison de la concurrence fiscale que se font les Etats, sont peu imposés (quand ils ne parviennent pas à échapper au fisc grâce à l'optimisation voire à l'évasion fiscale).
le travail maintenant. les inégalités dans la répartition du capital et de ses revenus ne peuvent faire oublier le partage de moins en moins égalitaire de la masse salariale. les 10% des salariés les mieux rémunérés captent près de 30% du total de la masse salariale. puisque les salariés les mieux payés sont souvent les mêmes que ceux qui possèdent le plus de patrimoine, les 10% de français les plus riches reçoivent plus du tiers du revenu total (travail et capital) produit en france chaque année. la moitié de la population doit se contenter d' 1/4 de celui-ci. la situation est encore moins reluisante dans le monde anglo saxon: aux usa, le décile le plus riche s'empare désormais de la moitié de la richesse produite. faut il y voir une préfiguration de ce qui nous attend en france? c'est à craindre.

néolibéralisme
[...] depuis les contre-révolutions conservatrices des années 1980 (reagan et tatcher), un nouveau retournement a eut lieu. un deuxième libéralisme, parfois qualifié de "néo", est apparu. autorisant lui aussi une accumulation sans frein du capital et des revenus, il pourrait nous faire revenir à un niveau d'inégalités qui était celui de l'avant première guerre mondiale.une belle époque se dessine pour les plus fortunés."


http://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/10320390_894959267200534_393220687425932410_n.jpg?oh=27575d07093032ad9164d3201a975903&oe=54F8072D

Vendredi 18 avril 2014 à 8:58

 le front national défend les frontières nationales pour lutter contre l'immigration facteur, selon lui, de l'exploitation des salariés. si l'arrivée d'immigrés, fragilisés par leur situation d'origine, permet de concurrencer, par le bas, le niveau de condition salariale, ce qui reste à prouver dans un pays où se pratique le smic et les conventions collectives, le nationalisme ne s'oppose pas à l'exploitation de peuples pour le profit d'autres. le discourt qui prétend préférer voir se développer les immigrés dans leur pays d'origine n'est qu'une vaste hypocrisie puisque, dans le même temps, sous couvert de non ingérence et de souveraineté des peuples, aucune action n'est souhaitée pour que ces peuples puissent s'épanouir et surtout pas pour acheter leurs productions à des prix plus élevés qui, pensent ils, pourrait remettre en cause notre niveau de vie. même de gaulle (dont j'aime son côté antiparti) ne l'a pas fait (voir sa franceafrique) dieu sait pourtant qu'il aimait parler de liberté des peuples. comment croire à la souveraineté d'un peuple quand celui-ci vit sous un régime autoritaire et exploiteur dont les dictateurs sont soutenus par des pays puissants dont la france fait partie? les frontières ne permettent pas le bien être mondial, ce système de nations est complice du capitalisme bien plus encore que le mondialisme. l'europe actuelle souffre d'ailleurs de ne pas être encore un véritable gouvernement européen mais un rassemblement de nations qui luttent non pas pour un bien européen collectif mais pour un bien supposé de leur nation respective; elles ne jouent pas le jeux du collectif, chacune s'efforce de tirer la couverture vers elle tout comme en intra nationale les classes sociales ou corporations et autres lobbies défendent leurs propres intérêts en faisant mine de lutter pour le bien commun (on l'a très bien vu pour la sncf lors de la réforme des retraites sous sarkozy).  quant au communisme et autre cgt, ont se souviendra du sort qu'ils ont fait aux autonomistes ou encore de leur absence d'intérêt des chômeurs avant l'apparition d'organisations comme AC! pour nous rappeler qu'ils ne sont là que pour faire marcher au pas "unifié" les salariés  dans une politique productiviste (et les non salariés alors? que deviennent ils?).  qui propose un revenu minimum garanti sans condition de recherche d'emploi? seul un monde fédéralisé avec des minimums vitaux, des salaires et une fiscalité harmonisés peut nous permettre de vivre dans une paix durable, de combattre efficacement toute exploitation des populations et de faire disparaitre, à long terme, les inégalités abyssales que nous connaissons aujourd'hui entre les individus. le mondialisme humaniste est l'orientation qu'il faut prendre même si les débuts seront difficiles car le but est honorable. par ailleurs, un régime nationaliste n'a jamais empêché les nationaux d'échapper à la misère ni d'échapper aux inégalités. traditions, identité sont des leurres qui implantent des frontières dans nos têtes et qui perpétuent des inégalités entre hommes et femmes, entre individus tout court ne serait-ce que dans les pays dits religieux, au nom des traditions sont aussi perpétuées des souffrances animales mais aussi humaine. l'individu nait libre et doit le rester. s'il existe une identité c'est celle de l'individu et non celle des masses. que chacun se juge soi- même plutôt que de juger l'autre. il est démonstratif que l'on puisse parfois se sentir plus libre dans une ville que dans un village.  un monde fédéralisé où la richesse des uns ne ferait pas scandal aux plus bas revenus est possible si l'on accepte de limiter le niveau de richesse, si l'on se scandalise du fait que des personnes puissent être propriétaire de plusieurs habitations quand d'autres n'ont pas même un toit,  si l'on se scandalise que des stars puissent collectionner des voitures tout en chantant la bohème et s'exiler pour échapper aux recettes collectives quand d'autres mangent à la soupe populaire. chanter la bohème et vivre dans ce luxe devrait faire rougir de honte, proner le nationalisme et tenter de ne pas participer pleinement aux recettes de l'Etat en plaçant de l'argent en suisse devrait faire rougir de honte. mais tant que des émissions comme gagner des millions ou autre jeux de lotterie feront recette, le scandal n'éclatera jamais.   combien de milliards faut il à un individu pour qu'il se sente rassasié? une quantité infinie car l'humain est ainsi, un puits sans fond. c'est donc au pouvoir politique de prendre le courage juste et de s'affranchir des lobbies mais aussi de brider son propre appétit pour instaurer ce plafond. et comme la plupart des choses du domaine économique et sociale que l'on veut appliquer efficacement et justement, il faudra que ce plafond devienne universel. c'est vers cet universalisme qu'il faut tendre. mais ça ne se fera pas d'un bon de géant, l'humanité devra entretenir sa patience ; chose bien difficile dans cette ambiance de zapping et de politique électoraliste de court terme. il parait que les français sont attaché à l'image royale du président et son folklore protocolaire, moi je préfère un président à l'image simple libéré de tout protocole mais à l'esprit royal; la noblesse dans l'âme plutôt que dans la forme.

Mercredi 7 mars 2012 à 20:58

Qui l'eu cru, c'est en Europe, de l'atlantique à l'oural, pourtant le continent le plus paisible, qu'il y aurait le plus de mafias. Pire encore , ces mafias depuis ces dernières années ne cesseraient d'affirmer leur puissance. Pourquoi?

 

Le coût du blanchiment d'argent:

Depuis les mesures prises aux USA pour durcir les conditions de blanchiment d'argent, de nombreuses mafias se sont rapatriées sur le continent  européen où elles étaient déjà fortement implantées depuis la chute du communisme (le passage brutale d'une société administrée à une société libérale favorise l'implantation des mafias tout comme le capitalisme sauvage, la culture de clans, les troubles politiques comme les guerres civles ou les révolutions...)

Mais aussi grâce aux paradis fiscaux.

 

La crise:

 Lors de pénurie de liquidité, les institutions financières en difficulté se montrent beaucoup moins regardantes sur la provenance de l'argent de leurs déposants, signalerait un rapport des services secrets italiens (Ce rapport alerterait aussi sur le fait que certaines institutions risqueraient d'être prises sous contrôle mafieux et ainsi donner naissance à de véritables banques mafieuses comme ce fut le cas en Russie dans les années 90).

 

La corruption:

Mais les mafias s'exportent aussi grâce à la corruption galopante dans la pratique des affaires et criminalisent ainsi le monde jusqu'à ses élites que la criminologie italienne désigne sous le terme bourgeoisie mafieuse (politique, économico-financière, sportive, du spectacle [les renseigenment intérieurs de France s'inquiétaient d'ailleurs du rapprochement entamé du showbiz avec celui du milieu via la consommation de drogues]...). Cette bourgeoisie mafieuse use d'un discours libéral mais sa logique consiste à profiter de la dérégularisation et de la dérèglementation pour mieux contourner le marché en utilisant ses réseaux criminels.

 

Cette criminalisation du monde officiel n'est plus hélas un phénomène limité à l'Italie; elle se note non seulement dans les autres pays d'Europe ... comme cela peut exister en France à l'occasion de certains grands contrats. Bien qu'il ne s'agissent pas forcément du phénomène mafieux à proprement parlé mais de mécanismes de corruption où des acteurs de premiers plan frayent avec des intermédiaires en tout genres disposant parfois de liens scélérats avec le milieu, cette corruption en France est d'ailleurs facilitée par son système juridique où "le parquet dépendant du pouvoir peut s'inviter dans l'instruction d'affaires délicates pour calmer les ardeur de la justice".

 

Un monde mafieux sans mafias

"Le discours économique dominant préfère occulter cet aspect des choses en parlant de retournement de conjoncture mais les enquêtes du congrès américain permettent de dire que la criminalisation du monde économique dépasse désormais le simple cadre des élites mafieuses. Le FBI soulignait que la crise des subprimes a mis à jour des pratiques mafieuses, mais désormais sans la mafia.

 

                                                                                  L'aubaine de la privatisation des secteurs public:

 

"Depuis 2011, la crise des dettes souveraines en Europe oblige les Etats, sous la pression de ces mêmes forces financières prédatrices qui ont été à l'origine de la crise, à prendre des mesures qui vont toutes dans le sens d'une nouvelle réduction de leur périmètre d'action. Or ces recettes, notamment la privatisation des secteurs publics, quand on les regarde d'un point de vue criminologique, spont aux antipodes de ce qu'il faudrait faire. Elles ont toutes fortement criminogènes et l'histoire des années 1980-2000 témoignent du rôle décisif qu'elles ont eu dans l'essor du phénomène mafieux" ...

"Mais l'idéologie dominante était alors celle de : l'Etat moderne, Etat modeste pour reprendre le titre d'un célèbre essai de Michel Crozier, alors chef de file en Europe de ectte sociologie néolibérale. ... La fraude, depuis la fable des abeilles de Mandeville, n'est pas une question sérieuse chez les néolibéraux puisqu'elle participe même à la création de richesse" (! cette fameuse richesse; ce "tout pour l'argent")

 

"Le plus paradoxal, c'est que si la crise des subprimes a invalidé en théorie la plupart des recttes néolibérales, la crise des dettes souveraines a contraint les Etats à y recourir à nouveau. ... Il est donc à craindre que les Etats, encadrés par la fameuse règle d'or, se retrouvent plutôt enfermés dans une cage dorée qui ne leur donnera plus les moyens de lutter efficacement contre les forces de la prédations privée. ... En témoignent les velléités de retour aux vieilles doctrines périmées de l'Etat gendarme défendues y compris par des esprits étrangers aux sempiternels discours des officines néolibérales de plus en plus relayés par une partie médiatique dominant."

 

 RESTREINDRE L'ETAT AUX SEULES FONCTIONS REGALIENES (JUSTICE,POLICE,ARMEE) SERAIT LA PIRE DES ILLUSIONS POUR COMBATTRE LA MAFIA CAR EN CE DOMAINE, LES SEULES FORCES REPRESSIVES NE SUFFISENT PAS. L'histoire démontre que de nombreux acteurs méconnus ont un rôle stratégique dans la lutte contre les forces de la prédation privée.

Ainsi les agents qui se retropuvent en 1ère ligne face aux logiques mafieuses n'appartiennent pas aux forces répressives: ce sont les services du fisc, de l'inspection du travail ou les services sociaux. Leur efficacité dépende de leur protection statutaire. Qu'en sera t il demain si ces agents sont menacés d'être renvoyés par un petit chef sensible aux injonctions politico-mafieuses?"

ET Dieu sait qu'il y a des détails encore plus infimes "comme l'infiltration des universités pour mettre la main sur certains diplômes (d'architecture, de médecin ou d'avocats par exemple) c'est déjà le cas en Russie où certaines universités rackettent désormais leurs propres enseignants qui doivent s'acquitter du pizzo sous peine d'être licenciés.

 

Partout où ils sont programmés, ces reculs de la puissance publique -indépendament du fait que les atteintes à l'Etat providence ... ont toujours pour objectif caché une réduction du pouvoir démocratique- représentent une étape supplémentaire dans l'accroissement des pouvoirs criminels.

 

         L'enjeu est donc crucial:

 

"LA PERIODE PRESENTE POURRAIT BIEN ETRE LA 1ERE ETAPE QUI, SOUS LA PRESSION DES MARCHES, FERA BASCULER L'OCCIDENT VERS UN DESEQUILIBRE PUBLIC/PRIVE OFFRANT LES CONDITIONS D'UN POSSIBLE TRIOMPHE DES MAFIAS..." C'est donc une partie de bras de fer très inégale mais décisive qui se joueen sordine. La question criminelle (ndlr la sérieuse pas les délinquents de rue) reste évidemment la grande absente des agendas officiels; il s'agit surtout de sauver la monnaie, de trouver de nouvelles économies budgétaires, de rassurer les agences de notation etc...

 

POurtant, de la capacité qui sera laissée à l'Etat pour maîtriser correctement la pression criminelle, en ne se limitant pas à la nécessaire mais insuffisante réponse répressive, dépendra à terme la survie du vivre ensemble et de l'Etat de droit. Pour l'avoir négligée, les Européens ont laissé à partir de 1991 la Russie ... s'enfoncer dans un système illibéral marqué par la domination mafieuse. ... C'est le profil même de la société à venir qui se dessine en cette période de crise. .... Outre ce qui se passe dans certaines banlieues françaises, les évolutions préoccupantes de plusieurs régions, comme la région PACA ou la Corse, subissant depuis quelques années la domination de discrets réseaux politico-économico-criminels, en offrent un avant goût amer."

 

texte tiré de la revue Etudes de mars 2012 "Crise des dettes souveraines et essor des mafias" de Jacques de Saint Victor

Mercredi 5 janvier 2011 à 20:12

On justifie les inégalités salariales par les diplômes, le travail fourni ou encore les responsabilités voir, comme pour ceux des stars ou de certains sportifs de haut niveau, par la masse vertigineuse d'argent qui s'amasse autour de leur domaine. A ce dernier cas, je répondrai que tout est question de choix politique car n'est il pas possible de plafonner les salaires ou de faire en sorte que cela se fasse de facto par les impôts? D'où mon opposition absolue au choix dernier de n'imposer les grandes fortunes qu'à la limite de 50% de leurs revenus.

Aujourd'hui je viens de lire un chiffre ou plutôt deux: les salaires nets moyens d'un patron de PME et de celui d'un cadre financier; le premier est de 5100 euros alors que le second s'envole à 20 400 euros! Tout un symbole... 

Comment accepter une telle distorsion de salaire? Nul politique excepté à l'extrême gauche ne parle de plafonnement des salaires, les autres au nom de la mondialisation se couchent. Pourtant peut on ici parlé de réciprocité travail/salaire pour justifier une telle inégalité? le patron travaillerait il moins que le cadre en finance? J'en doute. diplôme? Le patron étant son propre employeur ça ne compte pas et de toute façon le diplôme n'a que valeur de moyen de sélection arbitraire car le diplôme ne fait pas le travailleur et les connaissances peuvent s'acquérir sans souffrir de validation d'un diplôme. Reste la masse d'argent amassée par le domaine professionnel; là fatalement on ne peu que reconnaitre que la finance est un des domaine privilégié, l'argent attire l'argent...
 
Cette inégalité représente à mes yeux le reflet du monde où l'on vit où l'argent produit plus d'argent que le travail productif, l'économie réelle face à l'économie virtuelle. au contraire de l'égalité des chances c'est toujours le possédant de l'argent qui fait travailler les autres et s' enrichie à coup d'intérêts et autres agios quand il ne sabote pas le monde réel à coup de spéculations; on est bien loin de la revalorisation du travail que nous scandait la droite. Et la crise n'a rien changer à ce système de malfrat.

Tant que rien ne sera décidé pour limité les inégalité salariales par la redistribution rien ne changera et tout ne sera que discours stérile juste bon à distraire la cour populaire qui gobe toujours leur messe (si elle ne gobait pas les résultats des élections cesseraient de se répéter)

Et pendant ce temps le SMIC est toujours gelé
+22 euros brut cette année
soit un salaire de 1365 euros brut

Mercredi 1er décembre 2010 à 21:55

Courir sous les bombes un jour de noël
prier la lune quand le soleil s'éteint
je fuis les couples quand je vis seul
entendre rire quand mes joue se mouillent

cirer les pompes qui nous piétinent
faire le beau face au pouvoir
faire le grand face au petit
de mesquineries en tragédies
je crache à la gueule de ces farces aux non-dit

faire partager celui qui n'a rien
économiser celui qui croule sous les biens
l'argent est roi dans ce monde de vaux rien

courir sous les bombes un soir de noël

la neige est en sang les eaux sont en noir
la terre est laminée à coup de hachoir
finir sous la pluie mort déshydraté
mourir d'asphyxie le ventre gonflé d'air
des plans stérilisés vendus aux enchères
les bourses martèlent le pas au mépris des misères

la terre nourricière est comme cette femme ménopausée

Jeudi 28 octobre 2010 à 21:41

Dans sa bio "Karl Marx ou l'esprit du monde" jacques Attali dépasse la simple énumération chronologique de la vie d'un homme. Il y décrit le raisonnement de Marx qui n'hésite pas à se remettre en cause par soucis d'exactitude, son amour pour sa famille malgré son refus d'être salarié se condamnant, lui et les siens, à la faim et la misère pour la majorité de sa vie, sa capacité intellectuelle à tout étudier brillamment (l'histoire, les mathématiques,le droit,les langues,la philosophie...). On y découvre un homme curieux de tout et émerveillé par toutes les avancées et découvertes technologiques de son époque comme l'électricité, le bateau à vapeur, la locomotive, la photocopieuse....

Mais par dessus tout, on y apprend d'où vient la gauche que l'on connait aujourd'hui avec toutes ses tendances (communisme, anarchisme, socialisme, , et d'autres qui n'existent plus comme les spartakistes,les bolcheviks de Lénine, les mencheviks de trotski...) et surtout comment les théories de Marx ont été récupérées et tronquées après sa mort par des Lénine et Staline où la dictature du prolétariat au service de la majorité pour mettre à bas l'appareil répressif (il faut se mettre dans le contexte de l'époque où les démocratie n'étaient toujours pas visibles en Europe la France était redevenue une monarchie sous Napoléon III, l'Allemagne sous le Kaiser et la Russie sous le tsar) tout en maintenant à la fois les libertés individuelles, la séparation des pouvoirs et la liberté de la presse devient une dictature du parti pour le pouvoir d'un seul homme.

Jacques Attali enfin, dans son dernier chapitre (pour ma part le plus important car traitant de notre futur à tous et révélateur de l'analyse personnelle de l'auteur ainsi que de son espoir qui n'est d'ailleurs pas contradictoire avec ceux de Marx); je vous en site le principal:

"En 1883 le monde était plein de promesses: la démocratie s'annonçait, la mondialisation s'esquissait, le progrès technique explosait. Puis les hommes ont pris peur de l'avenir; certains se sont alors servis de l'oeuvre du penseur le plus mondialiste (Marx) comme d'un alibi pour édifier des forteresses barbares. ...

il n'est plus possible aujourd'hui de définir les classes sociales...


Malgré cela, la théorie de Marx retrouve tout son sens dans le cadre de la mondialisation d'aujourd'hui, qu'il avait prévue. Nous assistons à l'explosion du capitalisme, au bouleversement des sociétés traditionnelles, à la monté de l'individualisme ... à la concentration du capital, aux délocalisations ... à l'essor de la précarité, au fétichisme des marchandises ... Tout cela Marx l'avait prévu.

... Le taux de rentabilité reste l'objectif majeur; pour le préserver, voire l'accroître, les salaires continuent d'augmenter moins vite que la productivité et l'Etat continue de prendre à sa charge une part croissante des dépenses sociales et de recherche.

Demain- si la mondialisation n'est pas une nouvelle fois remise en cause- le maintien de la rentabilité du capital ne pourra pas passer par une sociabilisation mondiale des pertes, faute d'un Etat mondial; il passera de par la baisse du coût du travail, c'est à dire par des délocalisations, le démantèlement de la protection sociale et le remplacement accéléré de certains services par des produits industriels, ... Autrement dit par l'automatisation des services de loisirs, de santé et d'éducation.

... le fétichisme de la consommation dont Marx a tant parlé, retardera alors - peut être à jamais- dans la fascination du spectacle indéfiniment renouvelé des marchandises, l'avènement de la révolution, elle-même devenue un spectacle donné par quelques terroristes au reste du monde.

Lorsqu'il aura ainsi épuisé la marchandisation des rapports sociaux et utilisé toutes ses ressources, le capitalisme, s'il n'a pas détruit l'humanité, pourrait aussi ouvrir à un socialisme mondial ... Pour le dire autrement, le marché pourrait laisser place à la fraternité.


... La gratuité, l'art du "faire" et non du "produire" ...

Comme il n'y a pas d' Etat mondial à prendre, cela ne saurait passer par l'exercice d'un pouvoir à l'échelle planétaire, mais une transition dans l'esprit du monde- Cette "évolution révolution" si chère à Marx- par un passage à la responsabilité et à la gratuité. Tout homme deviendrait citoyen du monde et le monde serait enfin fait pour l'homme.

... Pour y parvenir, les générations à venir se souviendront du proscrit Karl Marx qui, dans la misère londonienne (où il s'était exilé) pleurant ses enfants morts, rêva d'une humanité meilleure. Ils reviendront alors vers l'esprit du monde et son message principal: l'homme mérite qu'on espère en lui."

Alors, Jacques Attali Marxiste?
  Ses détracteurs pourront s'interroger.
Enfin, avant de tenter de répondre,
retenez cette déclaration :
"je ne suis pas marxiste" (Karl Marx)

Toute sa vie, Marx choisit de privilégier la liberté, de confronté ses idées avec les faits, de refuser que sa doctrine se fige, qu'on fasse de lui un idéologue explique Jacques Attali.

on ne peut pas se contenter de juger un homme sur ses analyses dont le résultat découle de ce qui est et dont l'analyseur n'est pas responsable. Seules ses aspirations ou ses espérances dévoilent son intérieur et ici, nous pouvons lire en lui (en eux je dirais) et il m'a séduit

http://www.decitre.fr/images/genere-miniature.aspx?ndispo=/gi/grande-image-non-disponible.jpg&img=/gi/14/9782213624914FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true

Mercredi 20 octobre 2010 à 11:33

Savez vous quand fut créée la retraite pour les salariés du privé?  ... Dans les années 40, Sous Vichy! (à découvrir dans l'enregistrement 1:1) surpris hein, alors allons nous croire que l'Etat ne peut pas financer la retraite pendant que la France continue de s'enrichir alors que Pétain a pu la créer quand la France était en pleine déroute? Non ce qui arrive aujourd'hui est une volonté politique de détruire la retraite par répartition tout comme ils s'apprêtent à le faire un jour pour la sécurité sociale qui représente un énorme marché qui fait baver le capital qui y voit d'énormes bénéfices à y faire

Samedi 18 septembre 2010 à 15:30

Jeudi 19 août 2010 à 12:14

Mercredi 18 août 2010 à 13:43

 

 
Par étude, on sait que plus l'humain obtient du confort, plus il en redemande et ne veut pas se passer de celui déjà obtenu. Le progrès appel le progrès, aucun peuple n'a fait machine arrière de sa propre volonté.

Si financièrement tout est possible, matériellement et énergétiquement les ressources étant limitées, il y a forcément une limite impossible à dépasser dans le progrès planétaire généralisé.
Aussi la grande question est : puisque l'on nous dit que notre confort occidental est impossible à généraliser sur la planète, la mondialisation ne va t elle pas fatalement se réaliser à notre dépend, nous, occidentaux?

Si financièrement tout est possible, matériellement et énergétiquement les ressources étant limitées, il y a forcément une limite impossible à dépasser.Or, si financièrement il est possible de donner les moyens à la population mondiale d'améliorer son confort de vie, comment lui faire admettre qu'elle ne pourra jamais obtenir le nôtre et pire encore, comment accepter nous-mêmes de diminuer notre confort pour améliorer le leur?

Et il ne s'agit pas seulement de supprimer ou réduire les gadgets ou suréquipements, sûre qu'à ce niveau de grandes économies pourraient être faites dès à présent.

ET en admettant que nous fassions cet effort, il y aurait décroissance dans nos marchés intérieurs.Sauf si, justement, grâce à la mondialisation, à  cette ouverture des marchés, ce qui n'est plus vendu dans nos marchés intérieurs le sont à l'extérieur. Mais pour cela il faut qu'ailleurs ils nous achètent notre production.  Mais comment? par la force? 

Au XIXè siècle l'Angleterre, en pleine expansion industrielle, après l'avoir colonisée, détruisit tous les métiers à tissé de l'Inde  (industrie qui était alors le pivot de son économie) et  l'empêcha d'exporter son coton en Europe au profit du coton Sud américain nettement moins cher puisque encore récolté par les esclaves noirs   pour l'obliger à importer les filés et tissus anglais.

Aujourd'hui la guerre économique est généralement non militarisée et quand elle l'est, elle avance masquée. C'est l'entreprise qui offre le meilleur prix qui pénètre de facto le marché dans n'importe quel pays ou continent "ouvert"; c'est l'essence même du mondialisme.

La mondialisation a donc permis de réduire ce genre de conflit armé; surtout en Europe où justement il y a l'Europe. en contre partie, cette ouverture des marchés fait que l'entreprise n'a plus du tout d'attachement à aucun pays, seul le marché compte à ses yeux, et peut exploiter des salariés dans un pays ou continent du globe et revendre cette production à un autre.

On peut malgré tout espérer, comme Besencenot, que les salariés où le travail perdure revendiquent des augmentations de salaires.  Ainsi, ces derniers obtenus deviennent moins antisociales, moins nuisibles socialement aux régions où les salaires sont plus hauts. Mais cela n'est possible que si sa production, les salaires augmentés, se vendrait toujours.

C'est l'exemple que l'on a eut récemment en Chine où le gouvernement Chinois qui demandait l'augmentation  générale des salariés des grandes entreprises installées en Chine s'est vu devoir y renoncer face aux réactions des industriels européens et américains qui menacèrent de fermer leurs usines et entreprises installées sur le territoire chinois argumentant que si leur production chinoise se vendait c'était grâce à son coût faible rendu possible par les faibles salaires.

En même temps, si les pays consommateurs des fruits de cette production bon marché s'appauvrissent à leur tour faute de travail, à qui vendre cette production made in china? il faut donc, tout en délocalisant veiller à conserver un équilibre entre production à faibles salaires et capacité d'achat de cette même production. Un vrai casse tête dont les résultats sur les économie locales de la planète se voient sur le moyen et long terme.

Quel intérêt de bouleverser un équilibre déjà établi avant ces délocalisations massives? quel intérêt ou plutôt pour l'intérêt de qui? Le but de ces mouvements c'est toujours la recherche pour les entreprise sd'augmenter toujours plus ses marges, ses bénéfices. Comme le marché européens aboutissait à une limite de ses marges atteintes dû à des coûts de productions élevés, elles se sont dit allons produire où c'est pas cher et revenons vendre où les salaires sont plus haut. Sauf que pour qu'il y ait ces haut salaires il faut qu'il y ai du travail et du travail qui paie...

il faut donc qu'il y ai un équilibre qui permette aux pays dits riches de toujours consommer malgré la réduction de son nombre de salariés dû au nombre de délocalisations dont le but est de faire chuter le coût de production et donc celui des prix de ventes tout en augmentant les marges et donc les bénéfices des entreprises qui délocalisent.

Mais cet équilibre, il ne faut pas rêver, est limité dans le temps. Le temps pour ces entreprises qui délocalisent de pouvoir pénétrer de nouveau marchés de pays dits moins riches et donc avec une capacité des habitants pour consommer moins élevée grâce à des prix devenu plus faibles. Ainsi, au file de ce temps, les pays dits riches devront s'ajuster sur cette nouvelle économie aux petits prix et donc aux petits salaires.

C'est ainsi qu'aujourd'hui nous voyons des riches, détenteurs du capital poursuivre leur enrichissement et nous, salariés moyens ou petits salariés, nous appauvrir ou nous retrouver au chômage (chômage dont je dit toujours qu'il ne faut pas avoir honte puisqu'il est créé par l'économie actuelle dont se rendent complices les Etats et qu' au contraire il faut revendiquer un revenu du non travailleur qui permette de vivre bien avec un toit).

La conséquence de cette mondialisation du tout libéral où l'Etat s'efface face au marché global c'est que dans les pays où les postes de  travail diminuent, les caisses de l'Etat se vident
(diminution soit dit au passage qui est causée à la fois par les délocalisation mais aussi par le progrès technologique qui demande moins de postes pour autant sinon plus de production. Evolution technologique qui n'est pas un mal si, encore une fois on n'exclue pas les gens qui sont chassé du monde du travail et qu'il leur soit donner des moyens financier suffisamment élevés pour vivre bien et un toit. Sinon si le système n'est pas refuse que des non travailleurs vivent qu'il leur donne du travail avec une rémunération qui le leur permette, c'est le but constitutionnel du "droit au travail" qui n'est pas respecté).

 Ainsi, les caisses de l'Etat se vidant, ce dernier dégrade son système social alors que son besoin se fait croissant.

Ce déroulement actuel me fait comprendre la logique de Karl Marx qui voulait laisser le capitalisme faire son oeuvre à travers la mondialisation. Car, selon lui, l'issue du capitalisme ainsi libéré ne pourrait être que la révolte de masses populaires. Révolte dans les pays dits riches car appauvrissement  financier insurmontable et révolte dans les pays dits pauvres ou émergeant car exploitation inacceptable.
le problème des révolutions c'est que nous savons comment elles se déroule avec tous les espoirs qu'elles font naitre mais le résultats est souvent une marre de sang et un système qui se rétabli.

ET alors je me dis donc que la mondialisation c'est pas tout noir ou tout blanc. C'est un équilibre qu'il faut trouver. Or, aujourd'hui, cette quête de l' équilibre est confiée exclusivement aux entreprises, l'Etat se désengage de plus en plus. Et le problème est bien là.

L'entreprise ne vise pas collectif mais compétitif pour l'enrichissement d'elle même et des détenteurs de son capital. Alors peut être que le tout Etat démotive la production par moins de compétition (encore que cela soit question d'éducation). Mais au moins l'Etat, en tout cas en théorie, doit veiller au bien être de celles et ceux qu'il représente. D'où l'idée d'un Etat supranational, représentatif non plus des citoyens d'un pays mais des citoyens du monde!

Mais pour cela il faut que cet Etat soit indépendant de tout lobbies et incorruptible. Et là est bien sûre le gros problème. Car l'homme n'est pas un sage et plus il est loin plus il est difficile à surveiller. D'où la peur de cet Etat suprême, de cette mondialisation Etatique.

Mais alors, si nous refusons cette ultime tentative, il faudra assumer cette mondialisation capitaliste débridée car le capital, lui, n'y reviendra pas. Et si de toute façon nous revenions à un monde divisé de nations hermétiques, aux marchés fermés (protectionnisme), ce seront toujours les nations les plus fortes économiquement ou militairement qui feront la loi et alors ce sera le retour des nationalismes. Et il ne faut pas oublier qu'une nation forte ne veut pas dire un peuple fort ni un peuple riche; c'est comme le PIB ça... Une nation peut être forte et exploiter son peuple.

http://files.fluctuat.net/images/cms_flu/2/9/6/3/33692/40433.jpg

Samedi 14 août 2010 à 13:25

 
http://www.7septembre2010.fr/public/Appel_FSM.jpg

"On aurait aimé vous annoncer que des milliers de collectifs se réunissent régulièrement depuis fin juin dans tout le pays et qu'ils commencent à faire des petits dans toute l'Europe. On aurait aimé vous décrire comment la plupart de ces groupes locaux interprofessionnels de jeunes, de chômeurs, d'actifs, de retraités, tissent des liens, nouent des solidarités, fabriquent de l'information et de l'intelligence sociale, s'auto-organisent et s'auto-forment, créant et amplifiant une dynamique subversive.

On aurait aimé citer ces multiples réalisations concrètes, grosses de menaces pour les possédants et pesant déjà fortement dans le rapport de forces: élaboration des listes d'engagements à une grève reconductible; réservation de salles pour des assemblées générales, des soirées festives, des repas solidaires; organisations du mouvement qui ne doit pas seulement concerner les retraites... " (journal
A contre Courant
n°216-août 2010)


http://www.7septembre2010.fr/public/logo_lettre_ouverte.jpg 
 

Vendredi 25 juin 2010 à 23:00

Mercredi 9 juin 2010 à 11:37

Jeudi 3 juin 2010 à 10:01

http://wattie.cowblog.fr/images/city.jpghttp://thezeitgeistmovement.com/joomla/index.php?option=com_content&view=article&id=57&Itemid=139

Projet Vénus

S'il n' y avait qu'une seule vidéo à regarder sur ce blog ce serait celle-ci...

Alors cette vidéo dure 2hoo bhe oui là va falloir vous poser pour la regarder bien que vous pouvez accélérer les passages bien sûre (vous serez d'ailleurs tenté de le faire dès le début car le passage sur l'imposture des taux d'intérêts et l'artifice de la monnaie vous paraitra fastidieux). Mais je vous assure que votre patience et attention seront récompensées car ce "film" est un condensé de notre raison d'être en société, sans pour autant se cloisonner dans des discours situationnistes stériles bien au contraire puisqu'il propose des solutions.

Il ne s'agit pas non d'une secte ou d'une communauté non plus rassurez vous. non vous aurez un concentrer de l'histoire géopolitique moderne, de l'organisation actuelle du capitalisme, des énergies du futurs dont les organismes marchands freinent le développement...

Et si vous êtes sensibles vous ressentirez autant d'émotion que vous en auriez eut en regardant un film dramatique tellement vous comprendrez le gâchis de vies et de temps que nous cause le mode de fonctionnement de nos sociétés alors que tout serait si simple si les Etats s'imposaient dans l'union et se mettaient réellement au service du bien être de l'humain et de ce qui l'entoure.

Allez, prenez la peine de prendre du temps et éveillez vous si ce n'est déjà le cas...
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast