wattie

vivre ou survivre?

Vendredi 22 août 2014 à 11:10

 faute originelle: et l'homme créa le péché de chair.

au commencement était le doute. puis, de manière plus ou moins subtile, il fut détourné en désir condamné et débauche. comment le péché originel est il devenu sexuel?
[...]
"tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car du jour où tu en mangeras, tu deviendras passible de mort." (genèse 2-17)

ni le mot "péché" ni la notion ne figurent dans les récits de genèse 2-3, ni même dans l'ensemble de la bible. [...] le mot de "péché" n'apparaît guère dans ces récits, mais dans le suivant, celui du meurtre d'abel par caïn (genèse 4-7). pour la bible, la vraie faute originèlle de l'humanité est d'avoir attenté à la vie du frère, même si, au cours de l'histoire de l'occident, ce crime a fait couler beaucoup moins d'encre que celui d'adam.

enfin, dans les textes de la genèse 2-3, il n'est nullement question de sexualité : le couple ne s'unit qu'au début du chapitre 4. l'ambition du chapitre 2 est ailleurs: elle est de décrire la création par dieu d'un être humain, d'énoncer l'interdit, puis de raconter la création du couple différencié, homme et femme. celle du chapitre 3, marqué par l'irruption du serpent rusé, est de montrer comment ce dernier va déformer l'interdit qui portait sur un seul arbre en une potentielle et insupportable privation de "tous" les arbres. le couple succombe à la suspicion et à la concupiscence ; il mange du fruit de l'arbre. défaut de confiance en un dieu qui, pourtant, faisait confiance... mais selon l'esprit du livre de la genèse, adam a plus désobéi que péché.

[...] 4 siècle plus tard surgit le terme de "péché originel" dans le propos d'augustin [...] il affirme que ceux ci (les petits enfants) sont baptisés en vue de la rémission de leurs péchés "à cause du péché originel", même s'ils n'ont pas eut le temps de pécher. par ailleurs augustin ferraillait contre le moine pélage qui prétendait que l'être humain peut, par ses mérites, gagner son ciel. non rétorque augustain, seule la grâce divine sauve une nature humaine indéfectiblement marquée par le péché : c'est le péché "originel".
dans sa démonstration, augustin s'appuie sur l'apôtre paul qui, voulant opposer adam et le christ, avait insisté sur la faute d'adam. malheureusment, le verset central du développement de paul (romains 5-12), fort obscur, a pu donner à penser que la faute d'adam n'était pas celle de l'humanité en général, mais celle des premiers parents- fuate historique qui enfermait toute l'humanité à venir dans une sorte de fatum grec, de destin implacable.
augustin, même s'il ne l'a pas formellement dit, a fait une interprétation historicisante du péché originel. puisque les parents ont péché, la suite des générations le contracte. mais, cerise sur le gâteau, augustion explique que le genre humain a été infecté par la "génération" de nouveaux êtres humains. le mot de sexualité n'est pas employé, mais c'est elle qui est visée. plus tard, au XVIè siècle, une fois que luther eut fait d'adam le modèle de la concupiscence, donc de l'envie, du désir dévoyé, l'aspect sexuel de l'affaire se renforça.
cette dérive plus populaire que théologique, prise dans un climat ambiant de discrédit du corps et de condamnation du sexe, finit par être la manière courante de comprendre ce fameux péché. voilà comment "croquer le fruit défendu", c'est à dire "ne pas faire confiance à la parole de dieu", devint "commettre le péché de chair". contresens manifeste, crime envers l'être humain créé bon -sexualité comprise- injure faite à dieu, mais aussi détournement utile qui évitait d'enquêter sur d'autres crimes telle la violence envers le frère.

[...] ainsi, culpabilité oblige, les croyants devinrent les acteurs de leur propre destruction. existe il crime plus parfait que celui que chacun, à son insu, a exercé contre lui même? 
[...] pourtant l'église catholique qui a hérigé le péché originel en dogme (concile de trente en 1546, qui reprend le concile de czarthage de 418) n'a pas renoncé à son interprétation historicisante (catéchisme de l'église catholique  §386-421,1993), même si elle souligne le côté "analogique" du récit biblique. 

passage tiré du dossier sexe et violence dans la bible du magazine "le monde des religions"n°66 http://www.lemondedesreligions.fr/mensuel/2014/66/index.php?contexte=p
 

Lundi 18 février 2013 à 20:22



Mercredi 1er décembre 2010 à 21:43

Au nom de Dieu ils ferment les yeux
au nom de Dieu les corps meurtris
austérité de la vie pour mieux accepter la mort

au nom de Dieu il ne faut jouir
au nom de Dieu il se fait juge
au nom de Dieu il est tyran

les religions tuent les penseurs
chacune se dit seule vérité
chacun se dit l'unique

qui a ses mains vierges de sang?
tu ne tueras point sauf pour la cause
tu ne jugeras pas il sont là pour ça

ton corps est ta prison il leur appartien
ta sexualité les concerne autant que tes pensées

Mardi 16 novembre 2010 à 20:52

Réforme des retraites, la loi est votée sans surprise et maintenant quel bilan?

Leur bilan:

"Au contact de la CGT nous avons compris que nous devions être dans le mouvement auprès des salariés au quotidien et ne plus nous contenter d'analyser et de délivrer des explications" (JL Malys spécialiste CFDT des retraites) Alleluia!!

"La CGT veut désormais inscrire cette union (l'intersyndicale) dans la durée. Pour cela, il est indispensable d' INNOVER (il serait temps!). En organisant par exemple des concerts et des meetings en commun; en installant des tentes sous lesquelles les plus précaires rencontrent enfin des militants; en ouvrant aussi des comptes bancaires organisant une solidarité financière inédite" (Marianne du 6 au 12/10/10)

"Ce mouvement a élevé le rapport de force, qu'il s'agisse des retraites, des salaires ou de l'emploi" (N. Prigent secrétaire confédération CGT secteur santé) Souhaitons-le!

Ils ont dit:

G.Depardieu "Ce qui se passe en France est ridicule. Il s'agit d'une manipulation des syndicats. S'il y a des gens qui veulent s'arrêter de travailler à 60ans qu'ils s'arrêtent et qu'ils se démerdent"

B. Lavilliers "Le problème de prolonger l'âge de départ à la retraite, c'est qu'il n'y a pas de boulot pour les mômes entre 20-30 ans. S'ils avaient du travail, si on n'avait pas délocalisé à tout va, il n'y aurait pas de problème de retraite". (Ouf! 'sont pas tous vendus).

Le boycott culturel est aussi un acte politique;
je sais qui je n'irai plus voir...

Mercredi 18 août 2010 à 14:14

 
 
Comment va t il?
Il va comme une mère qui, ses cadavres, digères. Il est nauséeux et ne bouge plus d'un cil. Ses enfants, il les a voulus indépendants. Mais il désespère devant ce qu'ils sont à présent.
Il pourrait tout changer?
Mais pour quoi faire? Le libre arbitre est capacité sévère. La liberté doit s'assumer. Tu agis, tu en récolte les fruits. Faire table rase et tout recommencer en supprimant la liberté?
Ce ne serait plus l'humanité. Alors il désespère.
Il prit lui-même que ses filles et fils se ressaisissent

http://idata.over-blog.com/1/00/53/17/Decoration/dieu039.gif

Samedi 7 août 2010 à 9:25

http://www.cgjung.net/publications/images/cg-jung-ou-l-experience-du-divin.jpg


"Je ne crois pas je sais"

Jung, le trait d'union entre mysticisme et psychanalyse.  Jung se désole de voir ces croyants qui se "contentent de suivre aveuglément les dix commandements de l'ancien testament sans chercher à les comprendre et ne vivent pas la foi dans leur coeur". Pour Jung, "la vérité religieuse est un contenu de l'âme et non une relique abstruce du passé". Lui ce qu'il veut c'est une foi ardente et vivante il veut la vivre au plus profond de lui même il ne veut pas de dogme inconditionnel il veut ressentir le divin. Comme tout scientifique qu'il a été, comprendre a toujours été pour lui le mot de la fin. Toute sa vie il tentera faute de pouvoir prouver l'improuvable. "J'ai fait des expériences inexprimables, secrètes car on ne peut jamais les dire exactement et que personne ne peut les comprendre ..., un secret à la fois vivant et merveilleux" "nul ne peut comprendre ces données tant qu'il ne les a pas lui même vécues". A propos de Dieu il dira "je ne crois pas je sais"

En plus de ses "visions"  qu'il a dès son enfance,
de ses expériences vécues au court de ses pratiques thérapeutiques et des phénomènes de synchronicité Jung vécu vers la fin de sa vie
l'expérience de la mort imminente (ou NDE) où il sorti de son corps et vécu ce qu'il appel l'individuation; la rencontre du soi, sa nature éternelle. Ce fut la réalité de l'âme et de la psyché. "Ce qui se passe après la mort est si infiniment grandiose que nous ne pouvons pas le concevoir." "la vraie vie est au-delà de notre existence terrestre provisoire". Jung fut d'ailleurs très déçu que son corps reprenne vie; "sur terre, il se sentait comme dans une prison, chaque homme enfermé dans la caissette de son petit moi,soumis aux médiocres désirs.Il en voulait à son médecin de l'avoir arraché à la béatitude céleste qui lui était offerte."


Quelques passages du livre

"l'ancienne psyché vient d'une constellation d'engrammes,des archétypes jaillis de la nuit des temps et fixés dans les gènes de l'ADN" "la psyché est une entité autonome, et pas seulement une machine à produire de la conscience."

parlant de son père pasteur mais qu'il aurait pu dire de tant d'autres dits religieux "quand il prêchait ce qu'il disait sonnait fade et creux comme une histoire racontée par quelqu'un qui ne la connaît que par ouïe-dire"
"Le temple devint pour moi une source de tourment, car on y prêchait Dieu sans pudeur. ... On vous force à croie à ce Mystère ineffable, en vous menaçant de l'enfer. Or le Mystère ne relève que de la certitude intime." ... "les gens paraissent avaler sans réfléchir toutes les contradictions". ... "POur lui la religion n'est pas uniquement une adhésion à un système complexe et intangible de rites et de croyances dogmatiques, mais d'abord un acte personnel par lequel un homme établit sa propre relation à Dieu".

"Il respectait les végétaux, qu'il se refusait à arracher pour les faire sécher, car ils sont des êtres vivants qui n'ont de sens que s'ils fleureissent; une pensée de Dieu".

A propos de Nietzsche
"IL n'était pas athée. Son affirmation provocatrice: Dieu est mort ne concernait que le Dieu des religions du Livre, et notamment le protestantisme qui l'avait marqué, le Dieu juif de la crainte, le Dieu vengeur qu'il estimait inventé par les prêtres pour contraindre l'homme à une morale qui le coupait de la vie."

 
"Le rêve essaie de nous dire quelque chose, il faut l'écouter"
 
 
"lorsque la libido est bloquée par un refoulement entraînant une dépression, on peut restaurer la fonction de réalité, en un mot l'énergie vitale, grâce à diverses activités : la sexualité, certes, mais aussi l'art. Le secret de la réussite vitale est la libération de la libido par ces divers canaux."

A propos de Freud:
"La névrose de Freud venait de son athéisme. ... La théorie sexuelle n'était qu'un prétexte pour assurer l'autorité personnelle de Freud, son désir de puissance qu'avait dénoncé Adler... Réduire la religion à un besoin sexuel, c'était soi-même se prendre pour le messie."

"... Ce qui vient de l'inconscient n'est pas uniquement personnel, mais peut surgir d'un ailleurs collectif inimaginable"
"Il existe dans l'âme des choses qui ne sont pas faites par le moi, mais qui se font d'elles mêmes et qui ont leur vie propre. C'était la confirmation de l'inconscient collectif, cette psyché autonome au coeur de notre psyché personnelle"

"Je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant. Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement des sens. Toutes les formes d'amour,de souffrance, de folie. Il cherche lui-même"
 
 

"Ferme les yeux et tu verras"


 
 
"L'individuation exprime le processus biologique,..., par lequel toute créature vivante devient ce qu'elle est d'emblée destinée à devenir"
"En général, l'individuation devient possible dans la deuxième moitié de sa vie, la première étant accaparée par le moi suractif"
"En tant que chemin de la sagesse et de la totalité, elle peut devenir un but de l'existence"
"Le moi reste présent et actif, il garde la responsabilité de l'action, sinon on part à la dérive"
"Le corps de diamant, nous l'avons dit, c'est le soi, image de Dieu en l'homme, Dieu étant la puissance créatrice de l'Univers."
"Le méditant s'il n'est pas attentif, peut manquer le Soi de deux manières : l'assoupissement ou la distraction. Tous ceux qui ont pratiqué la messe savent de quoi je parle".
"L'âme est une entité aussi réelle que le corps... corps et esprit ne sont pour moi que des aspects de la réalité psychique.L'expérience psychique est la seule expérience immédiate.... La pensée nous ouvre les voies de la divinité"

"Dans la société patriarcale de son époque, il (Jung) révolutionnait l'idée que l'on se faisait de la femme. Il prônait l'égalité par la complémentarité du masculin et du féminin... nOn seulement il avançait cette théorie mais il la mettait en pratique en incitant les femmes de sa vie à devenir analystes. ... Aujourd'hui encore les femmes psychiatres junguiennes ne se comptent plus."
"Jung demeurait formel sur ce point : La femme devait se libérer, égale à l'homme, bien que différente de nature."

 
 
Vivre en harmonie avec ce qui est éternel, la nature

 
 
 
"Il éprouvait surtout un besoin intense de solitude au coeur d'une nature préservée, placée sous le signe de l'eau"
"Il se ressourçait ... comme répandu dans le paysage et dans les choses; et il vivait lui-même dans chaque arbre, dans le clapotis des vagues, dans les nuages, dans les animaux et les objets"
"La perte de nos racines a créé un vide dans notre civilisation et pourtant l'évolution est inévitable, comme inscrite dans nos gènes. Nous sommes jetés dans une cataracte de progrès, elle nous pousse vers l'avenir, avec une violence d'autant plus sauvage qu'elle nous arrache à nos racines"
"Le mal des temps modernes est la perte de la foi, la course aux biens exclusivement matériels, l'hypertrophie du moi, le rationalisme scientifique oublieux de ses sources".

"La souffrance humaine demeurait pour le docteur Jung une préoccupation essentielle"
En Orient, on cherche à s'en débarrasser en y renonçant. En Occident, on utilise des drogues. Mais la souffrance doit être dominée et onne le peut qu'en la supportant.Cela, nous l'apprenons seul à travers lui.en disant cela, il me montra le crucifix."

"Jung ne pratiquait aucune religion"... En revanche il était fier de ce "mysticisme" dont Freud le gratifiait ironiquement."
"Dans les choses de Dieu, l'homme doit se taire et non émettre des affirmations arrogantes sur ce qui est plus grand que lui"
"Je suis le premier à avoir signaler l'importance éminente de la religion et à avoir établi un rapport entre psychothérapie et religion"
"Jung avait constaté très tôt que l'âme crée des images à contenu religieux, qu'elle est religieuse par nature"
"A la question pourquoi l'homme a t il toujours été religieux? IL répondait des facteurs numineux forment l'essence de l'intellect humain et de la vie émotionnelle. Toute sa vie confirmera ce constat, qu'il s'agisse de sa pratique thérapeutique, ou de ses expériences intérieures personnelles. c'est pourquoi la fonction religieuse est chez l'homme aussi naturelle et importante que la fonction sexuelle".
"L'homme qui n'est pas encré dans le divin n'est pas en état de résister à la puissance physique et morale qui émane du monde extérieur. Il a besoin de son expérience intérieur, de son vécu transcendant."

L'Européen s'est, par son évolution historique, tellement éloigné de ses racines, que finalement son esprit s'est divisé en croyance et connaissance. L'Européen a une science de la nature mais il sait peu de chose sur sa propre nature".

"Longtemps il demeura au contact d'Emma (sa défunte femme) dans le silence audible, un sentiment ineffable de proximité au delà de la mort .
"Soit on est pour ainsi dire entrainé dans la mort, soit, à l'inverse, ce poids nous charge d'un devoir que l'on doit remplir dans la vie. Une partie du défunt est comme passée dans la vôtre et vos oblige à accomplir quelque chose. On accomplit par là la mission reçue du mort".

"Le doute et l'incertitude sont les inévitables composantes d'une vie complète"

Jeudi 22 juillet 2010 à 20:40

  Voici le livre dont je viens de terminer la lecture. Bon, ceux qui cherchent une preuve de l'existence de Dieu resteront très certainement sur leur faim. Mais pour autant, il sera toujours intéressant, en plus de lire le passage détaillé sur le big bang et l'élasticité de notre univers,  de voir renforcée la théorie de l'évolution lancée par Darwin et mise en cause par bon nombre d'américains encore aujourd'hui (pour la petite histoire sachez que le pape Jean Paul II lui même y adhérait et dans un discourt de 96 l'a défendue officiellement après enfin avoir, au nom de l'église catholique, fait ses excuse à Galilée; mieux vaut tard que jamais. Voir le vatican et l'évolution)

Enfin ce livre qui se veut réconciliateur de la science avec la foi aura le mérite de remettre en place les intégristes de tout bord; et que ces derniers ne vous éloignent pas "ne faites donc pas reposer votre évaluation de la foi sur ce que vous voyez du comportement de certains humains ou de la religion en tant qu'institution. Reposez vous plutôt sur les vérités spirituelles éternelles exposées par la foi".

"Reste que les actes malfaisants commis au nom de la religion ne contestent en aucune façon la vérité de la foi; ils portent en revanche gravement atteinte à la nature des êtres humains, ces conteneurs rouillés dans lesquels l'eau pure de cette vérité a été placée".

"La perspective de l'évolution théiste ne peut, bien entendu, prouver que Dieu soit réel, dans la mesure où aucun argument logique ne peut le faire entièrement. La croyance en Dieu nécessitera toujours un acte de foi. "l
'évolution théiste
représente pourtant la position dominante parmi les biologistes sérieux qui sont également de fervents croyants". Cette vision est également partagée par de nombreux hindous, musulmans, juifs et chrétiens, dont le pape Jean Paul II"

"Dans l'évangile selon Matthieu, le Christ est questionné à propos du plus grand des commandements de Dieu. Il répond simplement: "tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit. C'est le premier et le plus grand des commandements. Et voici le second, qui, lui est semblable: tu aimeras ton prochain comme toi-même"

l'agape selon C.S. Lewis "l'amour qui n'attend rien en retour. Il s'agit d'un défit au matérialisme et naturalisme.Et il s'agit de la joie la plus douce que l'on puisse éprouver."



 
Albert Einstein disait: "la science sans la religion est boiteuse, la religion sans la science est aveugle"

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1071/1071572-gf.jpg

Lundi 12 avril 2010 à 13:43



Mercredi 24 mars 2010 à 11:13

Sur les ailes de mon cheval
je surf sur le chant des étoiles
que l'air est frais dans la nuit
à l'extinction du bruit, de la folie des hommes petits

anywar in the sky, je fly in the pax
que j'aime la nuit où le monde semble ouvert
je serais nu que ça n' me gênerait guère
sur les ailes de mon cheval blanc, je fly everywhere
ni frontière ni galère, un monde libre et charmant

rejoinds les étoiles, fly in the night

à minuit les âmes pures éclairent le chemin
fly in the night, and see

ni veau d' or, ni malin,  j'aimerai toujours le bélier
juste nous et les saints
entre nous le sablier

respire le bon air, inspire le refrain
anywar in the sky, fly in the pax
in memorium Deus

Vendredi 11 septembre 2009 à 9:05

http://wattie.cowblog.fr/images/43.jpg
Je bois ton sang baigné dans l'absinthe
sous les lueurs des mèches de cire nous mêlons nos corps
la chaleur de nos chairs nous éloigne la mort
vie de ta vie vie de ma vie
buvons-nous, amour, l'éternel

amour est ma joie, la seule qui réponde au rappel
quoi d'autre pourrait nous maintenir ici?
les guerres, les pouvoirs, les finances?
et que dire sur les différences?
trop de morpions pour que l'enfer soit ailleurs

mes valeurs utopistes tapissent leurs murs et protègent nos yeux
leur Dieu je m'en fout bien j'ai toujours malgré eux le mien
aucun Père digne de ce nom ne bannirait son fils

un univers fantastique pour contrer leurs vérités maléfiques
je me gorgerai de délices pour jamais suivre leur malice
mêlons nos corps, buvons nos sangs,
fusionnons notre amour et guérissons nous du mal

Jeudi 15 janvier 2009 à 12:55

Vendredi 12 décembre 2008 à 11:37


  En milieu 95, un "voyant" m'avait prédit que je serais attiré par une fille d'origine étrangère, proche de la France m'aiderait pour la voyance. Née de parents Portugais, ayant quitté l'école chez les bonnes soeurs à l'âge de 9 ans pour revenir en France définitivement, longtemps, je me suis dit que cette fille devait être toi.

Depuis notre rencontre en 98, nous avons vécu notre amour et, sans confirmer cette prédiction, si tu n'avais pas de connaissance dans le spiritisme ou la voyance en générale, tu m'as tout de même apporté ton savoir spirituel.

Maintenant que tu n' ais plus de chair, je m'interroge sur cette prédiction, s'agissait-il bien de toi? A la réflexion, je pense que oui. Mais d'une façon douloureuse que je ne pouvais envisager jusqu' à il y a peu. Car depuis ton départ, ma nature psychique à redoubler de vitalité et mes interrogations sur l'au delà m'ont récemment conduites vers le livre des esprits d'A. Kardec tout d'abord (ce serait une retranscription des communications qu'il aurait eut avec des esprits) et dernièrement, le livre mystérieux de l'au-delà d'un ancien prêtre catholique Johannes Greber (ce serait également une retranscription de communication qu'il aurait eut avec des esprits entre 1929 et 1932).

http://wattie.cowblog.fr/images/imgdelete.png

Tous deux ont découvert et analysé la communication avec les esprits sur le tard; Kardec à partir de 50ans et Greber à partir de 47ans.

L'allemand Greber toutefois se distingue du français Kardec an ce que son livre, en plus de "servir de guide à ceux qui souhaitent entrer en communication avec le royaume de Dieu", corrige les écrits sacrés et dénonce l'ensemble des religions qui pour lui détournent la population de la vérité pour mieux lescontrôler et conforter ainsi leur position sociale. "C'est la même raison qui a poussé les anciens prêtres juifs à s'acharner contre le Christ et sa doctrine".

Prêtre de 25ans à 49ans, Greber nouvellement instruit a quitté l'église pour nous instruire nous-même afin de "nous détacher de la culpabilité imposée par les prêtres catholique, rabbins, musulmans et autres péages spirituels".

http://wattie.cowblog.fr/images/lvmgrand.jpg

Ce dernier livre acquis rejoind bien notre façon d'envisager les religions : On peut croire, chercher la vérité en dehors de tout dogme religieux. La vérité ne peux se trouver qu'au dessus des hommes.

Si, comme le promet Greber, la lecture de son livre associé à une volonté profonde de trouver la Vérité "conduit vers le monde des bons esprits", alors il est une clef essentielle pour te retrouver toi aussi ma Rose.

Ainsi, la prédiction du voyant se réaliserait véritablement. Ce serait bien toi la fille qui devait m'aider dans ma quête spirituelle; par notre Amour immortel qui nous attire par delà les mondes.


Lundi 18 août 2008 à 18:02

"A Paris,les hommes et leurs échafaudages me le cachaient; je voyais ici les herbes et les nuages tels qu'il les avait arrachés au chaos, et ils portaient sa marque. Plus je collais à la terre, plus je m'approchais de lui, et chaque promenade était un acte d'adoration. Sa souveraineté ne m'ôtait pas la mienne. Il connaissait toutes les choses à sa façon, c'est à dire absolument : mais il me semblait que, d'une certaine manière, il avait besoin de mes yeux pour que les arbres aient des couleurs.La brûlure du soleil, la fraîcheur de la rosée, comment un pur esprit les eût-il éprouvées, sinon à travers mon corps? ... Privée de ma présence, la création glissait dans un obscure sommeil; en l'éveillant, j'accomplissais le plus sacré de mes devoirs, alors que les adultes, indifférents, trahissaient les desseins de Dieu. ...

Même si la faim me tenaillait, même si j'étais fatiguée de lire et de ruminer, je répugnais à réintégrer ma carcasse et à rentrer dans l'espace fermé, dans le temps sclérosé des adultes."

Extrait tiré de l'autobiographie de Simone de Beauvoir
 "Mémoires d'une jeune fille rangée"

Samedi 22 mars 2008 à 14:02

C'est le printemps,
 la saison de l'espérance et du renouveau


C'est au Printemps, Un 22 mars, qu'il y eut l'occupation de l'université de Nanterre, pour la libération d'étudiants protestants contre la guerre du Vietnam, qui accoucha du mouvement sociétal de Mai 68, du moins pour la France car l'équivalent de mai 68 s'est déclenché également un peu partout dans le monde à la même période.

C'est au Printemps, entre le 22 et le 25 mars (selon la pleine lune) que des légendes religieuses  font ressusciter  Jésus christ.

Pourquoi associer un tel héros revendiqué par tant de religions avec un mouvement qui voulait se détacher de tout contrôle religieux?

Et bien parcequ' à y regarder, le rêve de Jésus et
celui du mouvement dit "68" n'était-il pas de créer une société humaniste? Un monde où aucun être n'en écraserait ou ne profiterait d'un autre, où la justice serait parfaite, où le but de l'existance ne serait plus la production / consommation / enrichissement d'une minorité mais le bien vivre ensemble sur la planète entière...?



Pour Michel Benoit justement, Jésus n'est pas un fils de Dieu, ni un être de fiction. Jésus est un être subversif qui s'est opposé aux tenants du pouvoir et de l'ordre établi pour faire atteindre la sagesse aux êtres par une vie de justice et de paix entre les êtres sur Terre. Ses dis portes paroles détournent ses dires pour mieux manipuler les faibles.



 Ancien moine, Michel Benoit, qui n'en fini pas de s'interroger sur la Chrétienté et la spiritualité en général, nous présente le résultat de ses dernières recherches concernant Jésus dans son nouveau livre "Jésus et ses héritiers: mensonges et vérités".

 Une fois de plus, Michel Benoit place les manipulations religieuses face aux vérités, aussi dures soient elles à entendre, pour mieux nous éloigner des illusions bibliques et nous rapprocher de l'essentiel : la stricte pensée de Jésus.


 Car dénoncer les mensonges du christianisme ne veux pas dire ne pas écouter les pensées de Jésus ni fuir sa spiritualité. Au contraire, pour mieux pouvoir se rapprocher de Jésus, il faut se libérer des dogmes dictés par les églises qui ont détourné ses pensées et inventer une religion  à des fins de domination sur les êtres.

En attendant tout comme les juifs, allons nous attendre un nouveau "messie" pour changer le monde? A lire l'évolution de l'humanité, je crains même qu'un "nouveau Jésus" ne serait même pas entendu.


Dimanche 9 mars 2008 à 19:48

Cette aprèm. j'ai pris en cours un documentaire sur La Chaîne Parlementaire (TNT) traitant du choix, fait par des personnes saines de corps et d'esprit, de mourir prématurément.

 Ce documentaire s'illustre par le témoignage d'une personne âgée (79ans) qui, non dépressive, estime malgré tout que la vie ne la fait plus suffisamment palpiter et l'ennuie.

 A travers son témoignage, on entend surtout la principale motivation de son choix qui est la peur de tomber gravement malade, de souffrir, de finir ses jours à l'hôpital et de ne plus pouvoir décider de rien.

 On reconnaitra ici la participation au débat sur l'euthanasie
 
Mais le documentaire semble aller plus loin. Car, plus que de parler de la mort volontaire des personnes atteintes de maladie incurable et grave, ce film met également le doigt sur la liberté de vivre et de mourir de l'individu et l'existence des associations comme Exit ou ce docteur Nitschke
qui accompagne ces futurs suicidés (les suicides assistés) et les aide dans leur démarche en fabriquant des pilules, en distribuant des sacs et en inventant une machine à tuer par gaz.

Quelle visage prendrait nos sociétés si les "médicaments de mort" étaient en vente libre ou si les médecins devenaient habilités à aider des personnes en bonne santé à mourir?

Serait-ce l'hécatombe?

Nos sociétés s'attacheraient-elles à mieux s'occuper des humains pour leur donner goût à la vie?

L'économie capitaliste accentuerait-elle son cynisme en développant un nouveau marché?

Les problèmes des retraites et du déficit de la sécurité sociale seraient il résolu? (tuer l'individu quand il ne rapporte plus)

Et Dieu dans tout ça?



Associations et Organismes d'aide

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast