wattie

vivre ou survivre?

Vendredi 20 janvier 2017 à 20:50

Au sortir de leur bulle aquatique
ils sommeillent dans la nuit sans silence
au lendemain du levé de leurs voiles s' étendent les couleurs sur le monde

quand la vue mise au point se fait nette
ils se sentent bien petits au milieu de géants
oh mon dieu c'est si grand par ici
que tout semble vraiment débordant

les yeux brillent enchantés de la vie
leurs oreilles sont toutes ouïes sur les mots que l'on dit

puis le jour où chacun devient grand
le temps l'espace comme les choses
en conscience pas à pas deviennent bien petits
alors en eux bien à pris la leçon de la vie
inutile de courir reste calme et puis jouis

Vendredi 2 décembre 2016 à 9:10

quand l'autorité passe de l'absence au tonnerre
quand même absente elle menace de frapper
quand l'affectif s'en voit troublé
le silence devient ta voix
la solitude ton royaume
en quête d'un foyer, d'une unité fantasmée
combler ce vide par tous les chemins
à la merci des croyances du monde d'au delà
à la merci des idées d'ici bas
les amitiés réelles ou fictives
valsent au gré du temps
au gré des valises qui se posent et se déposent
ou des idéaux qui les font et les défont
le silence devient ta voix
observe mais ne montre pas
à la croisée, un jour, elle sera là

Mercredi 22 juin 2016 à 20:48


parler de tout parler de rien
de métaphore on s'évapore
pas d'engagement c'est trop criant
des mots bien vagues des idées creuses
parlons d'amour c'est bon le sexe
la politique c'est trop vexant

parler de tout parler de rien
de métaphores on s'évapore

pas dire argent juste talent
on veut du cash mais c'est pas class
doutez(r) de vous mais pas de moi
vous êtes la masse je vous ramasse

parler de tout parler de rien
de métaphore on s'évapore

c'est beau le rêve pendant qu'ils crèvent
dites qu'ils sont sales et bien méchants
ils sont mendiants nous sommes marchands
l'humanité c'est bien gentil
mais l'paradis c'est bien fini



Vendredi 29 janvier 2016 à 16:34

 
 
 
famille ou pas famille, tu ressens seul ton grand vide
 
 
les conseillers ont des bornes étrangères à ta vie

 
leurs visions te sont autant distancées qu'un né sourd te parlant musique

 
familles ou pas familles ton existence ne peut se partager qu'avec l'unique
 
 
dans la vie nous mourrons seuls

Vendredi 29 janvier 2016 à 16:31

 
tu t'creuse la tête mais plus rien ne sort, normal puisque tout est dit

 
tout c'qui peut varier touche à la forme qui se heurte au fond que rien ne change c'est la vie

 
tu t'creuse la tête mais plus rien ne sort, normal puisque tout est dit

 
tout c'qui peut varier touche à la forme qui se heurte au fond que rien ne change; c'est la vie

 
tu t'creuse la tête mais plus rien ne sort, normal puisque tout est dit

 
tout c'qui peut varier touche à la forme qui se heurte au fond que rien ne change ; c'est la vie
...

Jeudi 28 janvier 2010 à 14:50

http://wattie.cowblog.fr/images/imgdelete.png
Tendance à la destrictude
peur d'être aimé pour un autre
montrer le pire pour m'assurer la durée
je suis moche m'aimes tu?

tendance à la destrictude
bousculer puis ressentir
l'effervescence qui ressuscite

j'ai tendance à la destrictude
torturer mon cerveau d'infinies questions
chercher du complexe quand bien même il n'y en aurait pas
labyrinthe de mon être je me perds
comment la confiance avoir tout en moi?

j'ai tendance à la destrictude
le deuil est mon âme
mais pourtant j'aime les ruisseaux



 

Jeudi 28 janvier 2010 à 13:56

http://wattie.cowblog.fr/images/foto79.jpg

Sur les flots endormis
vague à l'âme je m' évanoui
réchauffé par mes peines
j'en oubli la froideur de ma vie

sourire aux tendres voilures
emportez moi aux sillages infinis
vent de velours caresse mes joues
vague à l'âme je m' évanoui

quel est l'avenir de la fin?

danserons nous comme ces poussières étoilées?
brûlons nos âmes aux flammes purificatrices
la peur est malheur sur nos terres
Père je te salue mais je n' veux plus de ta vie

vague à l'âme je m' évanoui
à l'avenir de la fin



 

Samedi 2 janvier 2010 à 14:07

http://wattie.cowblog.fr/images/f7a58bf693db51b0208e53894f7aae95.jpg

Mardi 21 juillet 2009 à 13:01

http://wattie.cowblog.fr/images/compofinalepetit.jpg
Allez go! outside!
j'me botte le cul d' mon trou
me frotter aux sueurs du dehors
osons la rencontre des fous
p'tête bien qu'ça faudra l'coup

allez go! j'me botte le cul d'mon trou
ôtons la camisole, hurlons voir qui rigole
et puis quoi? des bimbos libèreront p'tête leur corps

allez go! standby for the joker!
no no no, the joker is the winner

let's go for the joker!
pile je gagne, face tu perds
c'est la vie qui le dit

let's go! flirtons les corps de la foule acérée
qui donc aura les boules de n'pas baiser?
baise la premier des fois qu'lautre soit mieux barré

allez go go go!
fouette le dinos faut décoller
mais bon sang mais bon sang
qui sont ces yeux de gorge éventrée?
les corps glacés n'y sont pas qu'à la morgue
no fun here no fun here no fun HERE


rejoindre mon trou
renfiler ma camisole du tout
au pays des fous qui joue?
one life one game shut up it's just a joke
juste glauque

http://wattie.cowblog.fr/images/1208013183apparence-copie-1.jpg

Samedi 4 juillet 2009 à 20:55

Je suis détendu
enfin un peu
je pourrais l'être plus
on a vu des choses
c'était bien
mais on aurait pu voir plus
plus de choses bien
nous étions heureux
nous l'aurions été plus
encore plus heureux

marre de subir cette vie
cette vie qui nous prend la vie
pourquoi ne puis-je être moi-même

Jeudi 25 juin 2009 à 20:08

Qui le sait vraiment
où va le vent
s'il va chantant
s'il va pleurant

qui le sait vraiment
où va l'enfant
s'il va chantant
s'il va pleurant

qui le sait vraiment
où vont les gens
s'ils vont chantant
s'ils vont pleurant

qui le sait vraiment
où va le temps
s'il va chantant
s'il va pleurant

qui le sait vraiment
où vont les gens
s'ils suivent le vent
s'ils suivent l'enfant

qui le sait vraiment
où va le vent
s'il prend le temps
s'il prend l'enfant

Vendredi 19 juin 2009 à 20:32

Changer d'histoire, changer le monde
histoire sans fin
serais-je un ange au lendemain?

je t'aime et tu me le rends bien
gardons-nous, loin des chiens
vivons libres, soyons absents
absents du monde, présents de nous
concentrons l'âme qui nous unit

changer l'histoire, changer le monde
histoire sans fin

apprends moi toi, je t'apprends moi
et de nous deux naissons meilleurs
ici, ailleurs, la vie dépend d'actions
actif, passif, tout prend dimension
je contemple la beauté du monde du dedans
notre temple est intérieur

changer l'histoire, changer le monde
histoire sans fin
serais-je un ange au lendemain?

Mercredi 17 juin 2009 à 14:06

Le nouveau devient l'ancien
et versa vis
impression de déjà vu
sensation de lassitude
l'excitation s'éteind
la vie dévisse

change ta vie
reprends tes yeux
ouvre ton âme droit aux cieux

l'ancien peut renaître
le déjà vu toujours plaire
l'attitude d'être soi
reconnaître son moi

prends ta vie
sauve l'âme
ouvre les yeux droit aux cieux

les flux peuvent bien faire
maîtrise leurs courants
qu'importe les déserts
reste toi reste roi

prends ta vie
garde ton âme
mets ton coeur en luminaire

Vendredi 22 mai 2009 à 13:22

Peu t'importe ce que tu vends
pourvu que l'argent vienne
la demande créé le marché
c'est acquis tu t'en justifie

le marché ou la mort

drogues, armes, malsaine bouffe, pollution
tu n'es pas là pour materner
l'économie est la guerre
et la guerre c'est toujours sale, vile et brutale

le marché est la mort

http://wattie.cowblog.fr/images/180pxPunukAlaskaskulls.jpg

Vendredi 15 mai 2009 à 20:39

Je veux tes lèvres sur les miennes
puis mes lèvres sur ta peau
de caresses nous purifier
trouver l'aura des innocents

je voudrais fuir les salissures d'autrui
ne plus sombrer sous leurs judas
vivre mes rêves ne pas vieillir
peu importe l'âge pourvu que l'âme

je veux tes lèvres sur les miennes
puis mes lèvres sur ton sein
de carresses nous purifier
trouver l'aura des innocents

je voudrais fuir les bienséances
ne pas devoir parceque l'âge
rester fidèle à l'utopie
qu'importe l'âge pourvu que l'âme

mais toi pourquoi ne crois tu pas
qu'un jour la lune nous enchantera?

Jeudi 16 avril 2009 à 21:36

 
Les jeunes font danser les vieux
les vieux font mourir les jeunes
mais qui sont les jeunes qui sont les vieux?

l'âge ne décrète rien
le futur te rend suspect
mais le futur peut te rendre bien


jeune aujourd'hui vieux demain
vieux aujourd'hui jeune demain

qui deviendras tu?
le même
resteras tu?
condamné ou épargné?
victime ou bourreau?
de quel côté du flingue?
et si tu devenais la fleur?

les jeunes font bander les vieux
les vieux font tuer les jeunes
et si tu devenais fleur?

Vendredi 10 avril 2009 à 10:08

Sur les cimes de ta lame
je monte je descends je monte redescends
non je ne saigne pas
juste glisse rien ne résiste

légère ma tête ballone
l' apesanteur oubliée

vos discours sont les derniers de mes soucis
vous n'êtes plus rien je revis libre et sans gêne de moi
plus rien ne compte je monte et m'envole tout en moi
et moi et toi et nous émoi fusionnel

joui dans mon corps qui aspire tout le tien
à cet instant mourir serait bien

finir ailleurs loin derrière toute frontière
au néant du possible où tout reste à faire
et surtout rien à défaire
Eden au J moins 1

Dimanche 5 avril 2009 à 21:26

Si seul bien qu'entouré
se remplir, atteindre l'ultime plaisir
s'imaginer jouir
et puis l'on en peut plus
la peau est trop tendue
quelle horreur à l'intérieur
trop sale il faut purifier
purger les viscères

si seul bien qu' entouré
engloutir ne plus oser
ne pas leur ressembler, surtout pas
la pourriture vient de là

si seul bien qu' entouré
 plus rien à purger sinon les veines
de ce fluide aux gènes impures

si seul bien qu' entouré
ma personne n'en peut plus
vouloir leur échapper

Samedi 28 mars 2009 à 11:34

Longtemps tu as recueilli le malheur d'autrui
à écouter leurs doutes, leurs chagrins, leurs douleurs
à écouter, analyser,conseiller tu t'es donné
donné tout en silence
car en toi le puits était trop profond

et puis parler à quoi bon
les choses en toi ne concerne que toi
et l'extérieur est trop souvent vicié
la jalousie, l'incompréhension, les trahisons
comment s'y confier?
qu'ils se livrent, je tenterais toujours de les aider
mais moi je vous crains

et puis la mort a fauché mon amour
ma libératrice au grand coeur
celle qui m'avait ouvert de sa fraicheur, de son esprit saint
mon âme soeur arrachée, je n'entends plus rien
tout en moi est saturé, l'analyse est brouillée
la compassion m'est impossible

du silence pour ma raison
juste envie de vide
y déverser mon moi
me vider enfin
effacer toute trace
histoire à zéro

Renaître ou disparaitre

Mercredi 25 mars 2009 à 11:54

Chômeurs Ô travailleurs
indispensables consommateurs
perfusés aux transmarketing
Crédit consumering
faites chauffer faites chauffer
Le capital aux voiles soufflées fait s'envoler des actions
comme montent au ciel des ballons ivres
Ivres de vide qui vaguent à la dérive
Du vent spéculatif se gonflent aussi des ventres affâmés
en échange d'autres dégueulent de trop bouffer
Ainsi vont les vases communiquant
pendant que prient les communiants...

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast