wattie

vivre ou survivre?

Mercredi 1er décembre 2010 à 21:55

Courir sous les bombes un jour de noël
prier la lune quand le soleil s'éteint
je fuis les couples quand je vis seul
entendre rire quand mes joue se mouillent

cirer les pompes qui nous piétinent
faire le beau face au pouvoir
faire le grand face au petit
de mesquineries en tragédies
je crache à la gueule de ces farces aux non-dit

faire partager celui qui n'a rien
économiser celui qui croule sous les biens
l'argent est roi dans ce monde de vaux rien

courir sous les bombes un soir de noël

la neige est en sang les eaux sont en noir
la terre est laminée à coup de hachoir
finir sous la pluie mort déshydraté
mourir d'asphyxie le ventre gonflé d'air
des plans stérilisés vendus aux enchères
les bourses martèlent le pas au mépris des misères

la terre nourricière est comme cette femme ménopausée

Jeudi 25 novembre 2010 à 21:20



L
a chair n'est pas l'enfer
j'en veux à ces religions guerrières
celles qui nous ont déraciné de notre mère la Terre
celles qui ont mis nos corps aux fers

je suis païen je veux le bien
je suis païen en tout vit le divin

conscient de l'univers conscient de notre mère
la femme est la vie charnelle est notre Terre

ils ont brûlé nos sages
martyrisé nos âmes

conscient de l'univers
conscient de notre mère

je suis païen je veux le bien
je suis païen en tout vit le divin


Samedi 16 octobre 2010 à 13:21

Je fais des choses
je passe à autre chose
je repense aux choses
je fais d'autres choses
je poursuis des choses
d'avant en arrière je mène mon avancée
et malgré l'envie fugace de tout stopper
de souffrances en réjouissances, j'avance


DERRIDA (LE DEUIL)
envoyé par MELMOTH. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

Mercredi 18 août 2010 à 14:14

 
 
Comment va t il?
Il va comme une mère qui, ses cadavres, digères. Il est nauséeux et ne bouge plus d'un cil. Ses enfants, il les a voulus indépendants. Mais il désespère devant ce qu'ils sont à présent.
Il pourrait tout changer?
Mais pour quoi faire? Le libre arbitre est capacité sévère. La liberté doit s'assumer. Tu agis, tu en récolte les fruits. Faire table rase et tout recommencer en supprimant la liberté?
Ce ne serait plus l'humanité. Alors il désespère.
Il prit lui-même que ses filles et fils se ressaisissent

http://idata.over-blog.com/1/00/53/17/Decoration/dieu039.gif

Lundi 2 août 2010 à 20:33

Tour à tour les jours se font nuit
tour à tour les nuits se font jour

demain l'amour et puis la mort
aujourd'hui je suis seul je suis raccord
s'en suit l'ennui on est d'accord
demain l'amour et puis la haine
aujourd'hui seul je suis raccord

tour à tour les jours se font nuit
tour à tour les nuits se font jour

vivre seul n'est pas choisir
y a des deuils et du maudire
vivre seul est mal choisir
y a des absences qui font pourrir

tour à tour vient la vie
Dieu sait où elle finie
tour à tour tombent les morts
Dieu sait qui monte à bord

pour le bien pour le moins
d'actions en réactions
je suis le temps sans illusion

Lundi 2 août 2010 à 20:27

La mort de l'être aimé n'est jamais préparée
même de la pire des maladies
on pense qu'elle va guérir
jusqu'au bout on se le dit
du coup la perte est brutale
irrattrapable, la scène n'est pas rejouable
et je vais et je viens
sitôt distrait, sitôt atteint
sitôt distrait, sitôt éteint

Lundi 2 août 2010 à 20:22

Comme un froussard tu fuis la vie
tu vis dans tes pensées, réfugié
les rêves te sont royaume
le présent demi-absent
tu anticipe, angoissé de l'échec
peur du rejet tu te camisole de non dits
les rêves te sont royaume
et ton coeur ici bat
introspection, introverti
quand l'analyse tue l'action
quand le sommeil est ton soleil
quand tu vivras tu seras mort déjà

Jeudi 13 mai 2010 à 13:24


C
haque nuit, quand les mondes se confondent
je pourrais tout lâcher,tout quitter
en état second, apaisé
lourd et léger à la fois, comme flottant sur une eau huileuse
je tournois en interne
où le temps ne compte plus, où le temps n'agit plus

que le souffle chaud du dragon gonfle ma voile astrale
qu'il me perde d'ici, de ce monde où l'on ne croit plus
pour lequel d'ailleurs on ne croit plus non plus
monde dont je n'attends plus rien et n'entend rien non plus

chaque nuit quand les mondes se confondent
ivre de sommeil, je tournois en interne
comme flottant sur une eau huileuse
mes rêves se font vie et je n'veux plus de réveil

chaque nuit quand les mondes se confondent
j'attends ta venue, j'attends ta main à saisir
chaque nuit je prie d'un coup partir
mais toujours cet éclat de réveil qui m'écorche les oreilles
mes yeux s'ouvrent et m'accroche à la vie
pas moyens d'écourter, à chacun son chemin finir

Mercredi 28 avril 2010 à 10:16

http://wattie.cowblog.fr/images/ttlvpgx0.gif

J'écoute ta voix qui me berce
qui recouvre les plaies de mon âme
j'écoute ta voix et mes maux se dispersent

vraies ou fausses aventures
peu m'importe ce qu'en pensent les autres
ta culture est réelle et tes conseils fidèles
comme ton aide
jamais nous nous sommes vus
et pourtant tu es là

j'écoute ta voix qui me berce
qui recouvre les plaies de mon âme
j'écoute ta voix et mes maux se dispersent

peu m'importe si sont vraies tes histoires
moi je veux bien y croire
que tu sois ou pas, moi j'y crois
moi j'irai rejoindre un jour
oui moi j'irai rejoindre ton coven
et des pommiers naitront nos rêves

j'écoute ta voix qui me berce
qui recouvre les plaies de mon âme
j'écoute ta voix et mes maux se dispersent

le froid t' envahit tu es prise par les glaces du nord
je ne peux comprendre la solitude qui t'encercle
que tes bourreaux agonisent de remords
qu'ils aboient de douleur pour des siècles et des siècles

j'écoute ta voix qui me berce
qui recouvre les plaies de mon âme
j'écoute ta voix et mes maux se dispersent

dans la nuit brille la lune
dans la plus ténébreuse des vies jaillit toujours la lumière
il en sera ainsi pour toi aussi, c'est écrit

j'écoute ta voix qui me berce
qui recouvre les plaies de mon âme
j'écoute ta voix et mes maux se dispersent

http://wattie.cowblog.fr/images/fcopyrightzhm2d5aeab.jpg

Lundi 12 avril 2010 à 13:43



Lundi 12 avril 2010 à 1:48



Pour celles et ceux qui auront eut la chance d'y être vous reconnaitrez les images du court métrage de Melissa projeté avant son entrée en scène. Concert avec une première partie aussi jeune que prometteuse
(les découvrir ici)

Mercredi 24 mars 2010 à 11:13

Sur les ailes de mon cheval
je surf sur le chant des étoiles
que l'air est frais dans la nuit
à l'extinction du bruit, de la folie des hommes petits

anywar in the sky, je fly in the pax
que j'aime la nuit où le monde semble ouvert
je serais nu que ça n' me gênerait guère
sur les ailes de mon cheval blanc, je fly everywhere
ni frontière ni galère, un monde libre et charmant

rejoinds les étoiles, fly in the night

à minuit les âmes pures éclairent le chemin
fly in the night, and see

ni veau d' or, ni malin,  j'aimerai toujours le bélier
juste nous et les saints
entre nous le sablier

respire le bon air, inspire le refrain
anywar in the sky, fly in the pax
in memorium Deus

Mercredi 24 mars 2010 à 9:40

La solitude, personne n'en veut vraiment
on fini toujours par s'entourer
d'une femme, d'un homme, d'un chien, d'un chat
on vit souvent dans le regard de l'autre
et mieux encore si dans son coeur
là, c'est le nirvana

vivre à deux, l'un sans l'autre
cela arrive, navrant, inexplicable imprécision
je t'aime mais sans toi, étrange relation
chacun veux de l'autre, mais chacun chez soi
hypocrisie ou peur de l'erreur
soif d'amour autant que de liberté
la vie de couple liberticide? sûrement si sans amour

l'amour est éternelle, dit le passionné
l'amour se lasse, répond l'abusé
à savoir si l'amour est bien lu
car les lignes du coeur, c'est parfois confus

la solitude personne n'en vit
on en survit puis on revient
et de ce désert mentent parfois des mirages
le coup de foudre est intense et nous ébloui parfois la vue
c'est de là, bien souvent, que tout commence mais parfois, que tout fini

la solitude personne n'en veut
mais pour autant, il faut endurer l'attente
l'attente de la vérité du temps

Samedi 13 mars 2010 à 9:40

http://wattie.cowblog.fr/images/veritepuits.jpg
Solitude et torpitude
brasier d'interrogations insolubles
spif, pshiit, shoot, bang!, sexe ou rêve en liberté
comment sortir du labyrinthe?
des chemins distordus de l'enfer?

Arbeit! "le travail rend libre" disait Auschwitz
l'illusion est l'art du tribun
des beaux parleurs, publicistes et politiques pas toujours vêtus de bruns

le blanc est noir et le noir est blanc
confusion des sens et devoirs, au tourbillon du monde

la vitesse évite la paresse
à cela je réponds
courir évite de réfléchir

syndicalisme de division
où sont les combats du collectif?
les causes communes sont en toc
la société se disloque
et l'avenir commun s'estompe

le capitalisme est puéril et nous dévore sur son île
l'asile est ouvert au pays des hommes
et face à la mort, nul ne s'étonne
pour un jeux, la une, de l'argent
sans canon sur la tempe
on tire le levier
et les cris de l'électrifié
n'y change rien

dans la jungle humaine l'autre n'existe pas
sauf pour servir sa notoriété, son pouvoir illusoire
dans la jungle humaine le cannibale est roi

l'argent fait tout, le pire comme le meilleur
le problème est ailleurs
bien au fond de chacun, en plein coeur
à chacun de s'élever
seul, en plein désert d'influence
nul autre coupable que soi-même

la solitude nous rend responsable de nos actes
la solitude révèle la vérité de soi

n'ayez pas peur
libérez votre coeur


Samedi 27 février 2010 à 23:14

Il pleut sur la péniche
il pleut sur mon toit d'asile
je tente d'oublier en vain
peur de la fin je fuis mes pensées

toutes ces douleurs qui s'y nichent
toujours ce venin toujours est il habile
quel futur s'esquissera demain?
quels germes la tempête passée?


http://wattie.cowblog.fr/images/ivrePF.jpg

Jeudi 25 février 2010 à 11:49

Tendance à la solitude
exile des paroles où le silence est d'or
je tourne l'échine face à la foule
pas le courage d'affronter les écarts du dehors

seul à soi même développer qui l'on est
sans intrigue ni mensonge
manque juste le sexe et l'amour
doux liants de la vie

le reste est discours et illusions
trahison des un(e)s baratin des autres
au diable l'uniforme je  suis qui je suis

ni travail ni patrie enfin juste l' impératif
l'action vitale et solidaire
contradictions pas tout à fait
respect du collectif impératif
liberté individuelle impératif

je suis seul et avec eux
ma liberté est solitude
confusion du survivre

http://wattie.cowblog.fr/images/007.jpg

Jeudi 25 février 2010 à 11:14

Matin trop tôt dans le métro
odeurs sueurs dans les nasaux
comme des bestiaux vraiment pas beaux

c'est pas que ça me gêne .... mais tout d'même


embouteillage route à péage
si tu circule fait gaffe aux bulles
elles te diront tu es filmé!
si t'es pressé tu s'ras flashé

c'est pas que ça me gêne  ... mais tout d'même

travaille travaille faut de la maille
si tu n'as rien tu ne vaux rien
et les vaux rien couchent sur la paille

c'est pas que ça me gêne ... mais tout d'même

Martin Dupond ne sont pas cons
tous les saint win grattent le million
faudrait pas qu'on les disent pigeons
sinon les caisses patron pas bien

c'est pas que ça me gêne ... mais tout d'même

trop chaud la Terre appelle la lune
la lune répond ici l'écho
écologie économie

c'est pas que ça me gêne ... mais tout d'même

http://wattie.cowblog.fr/images/DragonsDM.jpg

Jeudi 28 janvier 2010 à 14:50

http://wattie.cowblog.fr/images/imgdelete.png
Tendance à la destrictude
peur d'être aimé pour un autre
montrer le pire pour m'assurer la durée
je suis moche m'aimes tu?

tendance à la destrictude
bousculer puis ressentir
l'effervescence qui ressuscite

j'ai tendance à la destrictude
torturer mon cerveau d'infinies questions
chercher du complexe quand bien même il n'y en aurait pas
labyrinthe de mon être je me perds
comment la confiance avoir tout en moi?

j'ai tendance à la destrictude
le deuil est mon âme
mais pourtant j'aime les ruisseaux



 

Jeudi 28 janvier 2010 à 13:56

http://wattie.cowblog.fr/images/foto79.jpg

Sur les flots endormis
vague à l'âme je m' évanoui
réchauffé par mes peines
j'en oubli la froideur de ma vie

sourire aux tendres voilures
emportez moi aux sillages infinis
vent de velours caresse mes joues
vague à l'âme je m' évanoui

quel est l'avenir de la fin?

danserons nous comme ces poussières étoilées?
brûlons nos âmes aux flammes purificatrices
la peur est malheur sur nos terres
Père je te salue mais je n' veux plus de ta vie

vague à l'âme je m' évanoui
à l'avenir de la fin



 

Vendredi 1er janvier 2010 à 12:06


s
uivre les rails
bien confortable automatique
je voyage en 1 tour de clic
vivre et laisser faire
sauter les barrières
je rêve et je débraye
cause toujours je n'entends rien
file en aiguille je double en anguille

I am solo j' suis mon zorro
guerre planétaire sauver ma peau
double zéro très peu pour mon égo

cherche hors la bible la vérité
cherche hors la loi l'humanité

pauvre cowboy le sang ça tache
et le pétrole noirci la neige
cause toujours je n'entends rien
je rêve et je débraye j'attends la fin



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Page suivante >>

Créer un podcast