http://wattie.cowblog.fr/images/130x216.jpg   Pas évident de lire ce livre quand on aime Indochine du début et encore d'aujourd'hui, encore moins d'en parler. Avant de me le procurer, j'ai crains qu'il ne tombe dans le vice d'un Voici et se contente de nourrir un voyeurisme malsain. En fait tout au long de la lecture on ressent la douleur du frère aîné. Bien sûre il y a aussi son amertume envers son frère Nicolas, sa mère et le monde de la musique en générale (maison de disque, producteurs, médias... et certains groupes ou artistes eux mêmes).

Certains diront qu'il a voulu régler ses comptes ou pire se faire de l'argent. Moi je pense qu'il  veux surtout redonner la lumière à ses êtres chers disparus que sont son frère Stéphane et son père dont sa mère semble avoir pourri sa vie.

A travers l' histoire personnelle de ce livre, on peux faire le parallèle avec la vie en générale, ses histoires de famille qui sont rarement paradisiaque et le comportement des personnes face à la maladie d'un proche dont sa vie est menacée (je le sais pour avoir vécue la mort de  mon épouse malgré notre lutte contre son cancer. Combien ont préféré ne pas faire face à la maladie, je sais que cela n'est jamais simple) . On y voit la puissance dévastatrice de l'argent comme toujours, l'opportunisme des faux amis toujours plus nombreux, l'envers du succès...


Encore une fois les êtres sensibles ne sont pas épargnés
dans cette vie du tout économique.


Plus que mon avis personnels je vous livre certains passages de ce livre:

Stéphane a placé l'amitié et les valeurs humaines au dessus de tout le reste...
Stéphane était le plus juste d'entre nous...au dessus de la méchanceté des Hommes...Il est temps qu'un véritable hommage lui soit rendu...que cela puisse servir aux parents, aux enfants et aux ados.

Je suis plus proche de stéphane que de Nicolas...On explore parfois la vie ensemble..Sauf quand Nicolas et Stéphane sont entre jumeaux ...ils jouent alors avec leurs petits soldats en plastique dans leur chambre et ces moments là sont quasi impénétrables.Je m'isole donc dans ma chambre.

Nous sommes comme tous les ados: subjugués par la musique d'autres jeunes à peine plus âgés que nous, par leur réussite,... par cette façon de prolonger l'enfance dans un monde d'adultes auxquels il est possible de faire un magistral pied de nez.

...Nicolas est en fait très occupé. Il se rode au métier de la communication , tout seul, avec pour guide le flux commercial de cette radio périphérique (Europe 1). Son magasine est un peu enfantin, mais l'intention s'y trouve. Elle reflète une sorte de frénésie créative, mais une création par mimétisme.

  Je constate que le LSD tout comme le shit et l'herbe conduit de façon quasi systématique à une marginalisation. Il me faudra quasi 1 an pour sortir de cette dépression passagère et de ma coquille. Cette expérience me permet de réaliser que les tensions à la maison créent en moi une sorte de déficit affectif que je reporte sur l'amitié ou ma petite amie.

Stéphane est très affecté (par la mort de son ami) il porte en permanence la photo de son camarade sous son pull agraffée au niveau de son coeur...
  En 75 je l'avait aperçu à une manif étudiante. Ils portaient à l'époque un drapeau noir. Le SO du syndicat les avait éjectés avec brutalité choquante."c'est la dernière fois que je vais à une manif... on nous sollicite pour servir de moutons dociles à ces syndicats qui font ce qu'ils veulent".

78-79 à cette époque de l'héroïne ... circule dans les milieux Punks parisiens. Cela conforte le précepte "sex drug et rock'n roll" stupidement proné par quelques journalistes branchés.

 "Avec nos disques d'or, on a chacun reçu un petit synthé en plastique. Les managers sont arrivés avec de grosses mercedes neuves" (Dominique ex guitariste d'Indochine).

Gainsbourg Gainsbourré:

(Stéphane à propos du clip tes yeux noirs:) "Gainsbourg était complètement bourré. Il a fait n'importe quoi. Il regardais dans le viseur de la caméra en disant Super! Il avait même pas remarqué qu'il y avait encore le cache! Gainsbourg a fait de la merde. C'est nul à chier!
(Christophe:) Je vous avais dit qu'en prenant Gainsbourg, il ne ferait pas un clip pour vous mais pour lui.
(stéphane:) Ouai mais tu sais bien, c'est Nicolas qui a tout organisé...

Je tombe sur une interview de Gainsbourg qui fait en regardant la caméra droit dans les yeux:"Dans la vie, il faut baiser les autres avant que les autres ne te baisent. Il ponctue sa phrase d'un bras d'honneur. Nicolas n'a pas eut de rôle dans un film de Gainsbourg... Le grand Serge semble avoir rapidement oublié sa promesse.

Alors que Stéphane est déjà hospitalisé pour son hépatique grave Niolas:"Allô, Christophe?...Eh bien le concert s'est super bien passé,super succès,et,c'est bizarre,personne n'a rien remarqué!J'ai dit que Stéphane était malade comme un chien,et voilà.Ca a super bien marché.
Christphe:"Nicolas, tu te rends compte de ce que tu dis?S'il l'apprend,ça va lui détruire totalement le moral."

Un enfant nait, un frère s'en va... l'un de mes ongles s'enfonce dans la chair de mon pouce...pour que la douleur fasse diversion.

Stéphane m'a laissé ses musiques, celles qu'il voulait absolument voir exister car les autres (d'Indochine) les lui avaient refusées (il préparait un album solo avec son frère Christophe. Stéphane en 98:"Maintenant j'en ai marre, on fait mon album solo, sinon ça ne sortira jamais. En tout cas ces morceaux là, ce ne sera pas pour Indochine").

La dernière fois que j'ai vu Nicolas, en mars 99, je lui ai dit que s'il ne voulait pas des compositions de Stéphane, je me débrouillerais pour faire en sorte que ses amis participent à l'élaboration finale de ce projet d'album solo, pour lui rendre hommage. Ensuite, Sophie (ex-épouse de Stéphane) a tenté de récupérer les bandes et notre travail par voie de justice.

Dominique a commencé à travaillé sur un des morceaux de Stéphane qu'il trouvait très bien, mais il a été obligé d'arrêter.

Dominique a demandé au groupe d'arrêter en 92, pour que Stéphane se soigne, ou se fasse sopigner.Celà lui a été refusé. Il est parti à cause de ça surtout.

Gaëlle, une amie de Stéphane rencontrée au tout début de son engagement à la LCR résume bien Stéphane:

"Le fait qu'ils aient eu du succès, que ça ait marché à fond, ça ne lui est jamais monté à la tête. Il est toujours resté ce qu'il était, avec un peu plus de fric peut être à certains moment pour aider des gens. Mais dans tous les cas, toujours le même comportement, toujours le même point de vue, toujours les mêmes idées. Il est resté vachement fidèle à ça, et à ses amis aussi. Il ne nous parlait pas trop d'Indochine en fait. Je pense en plus que quand il nous appelait, c'est qu'il avait besoin de prendre l'air par rapport à ça, donc il nous en parlait peu. Il ne jouait pas les petites starlettes. Il n'en parlait pas non plus pour cette raison-là, je pense.

Vis à vis de Nicolas, il avait une drôle de relation. Stéphane était vraiment quelqu'un qui valait le coup, mais tu avais l'impression qu'il se laissait complètement embarquer par son frangin. Quand je voyais Stéphane seul, il n'était pas le Stéphane que je voyais quand Nicolas était là. Je me demandais toujours pourquoi il se faisait embarquer par son frangin qui pour moi était un type assez peu sympathique. Nicolas, dans la presse et tout, mettait vachement en avant sa relation avec Stéphane. Tu avais l'impression qu'il insistait là dessus, l'affaire des jumeaux et tout ça. Ca faisait partie de la notoriété du groupe".

Stéphane ne pouvait supporter que des gens soient sans argent, sans logement.
S'il avait du liquide sur lui,il donnait tout au premier SDF qu'il croisait. Un soir...en 90, il sortait d'une télé, et en rentrant par le métro, voyant un jeune SDF sur le sol de la station, il lui a remonté le moral, lui a laissé son pull, son blouson, ses cigarettes, tout l'argent qu'il avait sur lui, puis il est rentré en T-Shirt, en plein hiver. Il était comme ça Stéphane.